"La chenille Halloween"... 🐛 - Louvre-Lens

« La chenille Halloween »… 🐛

La « Pudibonde ». À l’observer, on la croirait tout droit sortie de l’imaginaire, de la mythologie ou de rĂ©cits mĂ©diĂ©vaux, un peu comme les phƓnix, les dragons ou autres griffons…

Un animal surprenant

À l’Ă©poque mĂ©diĂ©vale, Ă©taient dĂ©crits de nombreux animaux extraordinaires, supposĂ©ment croisĂ©s dans les contrĂ©es lointaines. On en retrouve des reprĂ©sentations sur des enluminures ou encore des blasons. Quand on sait que les voyages dans les pays exotiques Ă©taient limitĂ©s Ă  l’époque, et que dans le mĂȘme temps, on pouvait ĂȘtre exposĂ© Ă  de telles reprĂ©sentations, pourquoi ne pas croire en l’existence des licornes aprĂšs tout ?

Revenons Ă  notre chĂšre Pudibonde. Elle pourrait s’ĂȘtre Ă©chappĂ©e de la valise de Norbert Dragonneau qui parcourt le monde pour trouver des crĂ©atures magiques dans Les animaux fantastiques de J.K.Rowling ! Avec son pelage digne des plus grands monstres, sa tĂȘte verdĂątre et ses pattes velues, elle est digne d’un personnage de film fantastique !

Seulement, cette petite chenille est bel et bien rĂ©elle et, ici, on aime la surnommer « Chenille Halloween ». Elle a tellement suscitĂ© l’admiration lors de sa dĂ©couverte autour du puits Ă  l’entrĂ©e principale du musĂ©e…

Mieux connaßtre la Calliteara pudibunda

La Calliteara pudibunda est en fait un papillon de nuit dont le thorax, la tĂȘte et les pattes sont particuliĂšrement velues. Le nom de « Pudibonde » vient du comportement qu’elle adopte pour se dĂ©fendre : elle se courbe totalement, tĂȘte vers le bas
 perdant toute sa pudeur ! On l’appelle Ă©galement « Patte Ă©tendue », en rĂ©fĂ©rence Ă  la maniĂšre dont le papillon Ă©tire ses pattes lorsqu’il est au repos.

On retrouve cette fascinante chenille partout en France, plutĂŽt au cours de la pĂ©riode d’avril Ă  juin, mais une seconde gĂ©nĂ©ration peut voir le jour Ă  l’automne quand le climat le permet. La « Pudibonde » atteint une envergure de 55-60 mm chez les femelles, pour 40-50 mm chez les mĂąles.

Une espérance de vie trÚs courte

Savez-vous que ce papillon de nuit a une vie trĂšs courte ? Il ne possĂšde pas de trompe. Ne pouvant pas se nourrir, il vit de ses rĂ©serves jusqu’à Ă©puisement, en quelques jours
 Les chenilles, elles, apprĂ©cient les arbres Ă  feuillage caduc, d’oĂč leur prĂ©sence dans notre parc !

Maintenant, si vous la croisez dans le parc, essayez de ne pas ĂȘtre effrayĂ© !

 

Sources :
http://papillons-fr.net/index.php?page_princ=fiche&numfich=012200&list=Erebidae

 

 

D'autres articles de la mĂȘme catĂ©gorie

Construire un hĂŽtel Ă  insectes
Dans des espaces de plus en plus urbanisés, les habitats naturels se raréfient, menaçant directement la biodiversité. Avec un peu de créativité, on peut agir de façon positive et offrir à la nature plus d'opportunités de se maintenir. Comme en construisant un hÎtel à insectes par exemple !
Vous connaissez l'abeille maçonne ?
L’abeille maçonne est une abeille sauvage. Elle ne vit pas en colonie comme les abeilles domestiques. PlutĂŽt solitaire, elle trouve des cavitĂ©s pour y pondre, c’est pourquoi elle prospecte autour de nos habitations qui offrent de nombreuses possibilitĂ©s d’habitat dans les chĂąssis de fenĂȘtres ou de portes.
ConfinĂ©s, prenons le temps d'observer les oiseaux ! 🐩
La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et le MusĂ©um d’histoire naturelle ont crĂ©Ă© un site d’observation participatif dans lequel vous trouverez conseils et fiches espĂšces pour dĂ©couvrir le monde ornithologique qui vous entoure !