"La chenille Halloween"... 🐛 - Louvre-Lens

« La chenille Halloween »… 🐛

La « Pudibonde ». À l’observer, on la croirait tout droit sortie de l’imaginaire, de la mythologie ou de rĂ©cits mĂ©diĂ©vaux, un peu comme les phƓnix, les dragons ou autres griffons…

Un animal surprenant

À l’Ă©poque mĂ©diĂ©vale, Ă©taient dĂ©crits de nombreux animaux extraordinaires, supposĂ©ment croisĂ©s dans les contrĂ©es lointaines. On en retrouve des reprĂ©sentations sur des enluminures ou encore des blasons. Quand on sait que les voyages dans les pays exotiques Ă©taient limitĂ©s Ă  l’époque, et que dans le mĂȘme temps, on pouvait ĂȘtre exposĂ© Ă  de telles reprĂ©sentations, pourquoi ne pas croire en l’existence des licornes aprĂšs tout ?

Revenons Ă  notre chĂšre Pudibonde. Elle pourrait s’ĂȘtre Ă©chappĂ©e de la valise de Norbert Dragonneau qui parcourt le monde pour trouver des crĂ©atures magiques dans Les animaux fantastiques de J.K.Rowling ! Avec son pelage digne des plus grands monstres, sa tĂȘte verdĂątre et ses pattes velues, elle est digne d’un personnage de film fantastique !

Seulement, cette petite chenille est bel et bien rĂ©elle et, ici, on aime la surnommer « Chenille Halloween ». Elle a tellement suscitĂ© l’admiration lors de sa dĂ©couverte autour du puits Ă  l’entrĂ©e principale du musĂ©e…

Mieux connaßtre la Calliteara pudibunda

La Calliteara pudibunda est en fait un papillon de nuit dont le thorax, la tĂȘte et les pattes sont particuliĂšrement velues. Le nom de « Pudibonde » vient du comportement qu’elle adopte pour se dĂ©fendre : elle se courbe totalement, tĂȘte vers le bas
 perdant toute sa pudeur ! On l’appelle Ă©galement « Patte Ă©tendue », en rĂ©fĂ©rence Ă  la maniĂšre dont le papillon Ă©tire ses pattes lorsqu’il est au repos.

On retrouve cette fascinante chenille partout en France, plutĂŽt au cours de la pĂ©riode d’avril Ă  juin, mais une seconde gĂ©nĂ©ration peut voir le jour Ă  l’automne quand le climat le permet. La « Pudibonde » atteint une envergure de 55-60 mm chez les femelles, pour 40-50 mm chez les mĂąles.

Une espérance de vie trÚs courte

Savez-vous que ce papillon de nuit a une vie trĂšs courte ? Il ne possĂšde pas de trompe. Ne pouvant pas se nourrir, il vit de ses rĂ©serves jusqu’à Ă©puisement, en quelques jours
 Les chenilles, elles, apprĂ©cient les arbres Ă  feuillage caduc, d’oĂč leur prĂ©sence dans notre parc !

Maintenant, si vous la croisez dans le parc, essayez de ne pas ĂȘtre effrayĂ© !

 

Sources :
http://papillons-fr.net/index.php?page_princ=fiche&numfich=012200&list=Erebidae

 

 

D'autres articles de la mĂȘme catĂ©gorie

Prenons soin des oiseaux en hiver ! 🐩
Croyez-vous aux contes de fées ?
Un radeau vĂ©gĂ©tal pour nos canards ? 🩆