Le Parc du Louvre-Lens

Le Louvre-Lens n’est pas seulement un musée, c’est un musée-parc.

Son projet s’inscrit d’emblée dans un site de 20 hectares, aménagés par la paysagiste Catherine Mosbach en étroite relation avec l’agence SANAA.
Ce parc constitue le point d’entrée incontournable pour le musée, mais aussi une respiration offerte
au visiteur. Destiné à être un lieu de vie commun aux voisins du musée et aux touristes, le parc du
Louvre-Lens présente des particularités propres à sa nature et au passé du site.

Parc paysager
Un parc vaste et pluriel
Inspiration japonaise
Inspiration japonaise

Pour Catherine Mosbach, « Cet ensemble cohérent revisite à sa manière les traditions de l’âge classique des grands parcs de Le Nôtre ou les périodes baroques des jardins italiens ». Au-delà de ces  rapprochements à l’art occidental des jardins, le parc du musée présente une inspiration japonaise, en dialogue avec l’architecture. En effet, le parc se structure autour de différents espaces très différents et parfois éloignés du musée, et donc à  découvrir ! Grand cavalier Nord, plaines, bassin, bois pionnier, plaine ludique, cercle des initiés sont autant d’univers au sein de l’ensemble.

Cette variété d’espaces se double du particularisme du lieu : ancien carreau de fosse, le terril plat qui forme l’assise du parc détermine aujourd’hui en grande partie son apparence. Le travail de paysagisme a d’ailleurs veillé à perpétuer des traces de ce passé minier par le biais de traces visibles telles les cavaliers, les réminiscences de rails, la place symbolique de l’ancien puits de mine et la nature visible du sol.

Un concept innovant
Un parc où la nature reprend ses droits
Main du jardinier
Main du jardinier

A contre-courant des aménagements « classiques », la singularité du parc réside aussi en son parti pris d’aménagement et sa méthode d’entretien. Le geste du jardinier y est mesuré, précis, privilégiant la conservation d’espèces indigènes par une sélection de plantes que d’aucun qualifierait de « mauvaises herbes ». Le jardinier laisse alors libre court à une nature qui recolonise un site industriel, défiguré par la main de l’homme. De cette difficulté, la nature fait fi et s’adapte, transformant peu à peu ce désavantage en un atout, nous offrant le magnifique spectacle d’une résilience qui s’exprime de jour en jour.

La recolonisation est en route. Chaque parcelle laissée en végétation spontanée offre des lieux propices à l’expression d’une biodiversité retrouvée. Poumon vert en cœur urbain, le parc est lieu de vie ; le tac tac du pivert et son ramage chatoyant vous surprendront certainement au détour du chemin.

Un parc à partager et à vivre

Fort de ses caractéristiques et en passe de devenir « adulte », le parc du Louvre-Lens aspire à être partagé avec ses voisins les plus proches et les visiteurs venus de plus loin.

A la belle saison, de nombreuses activités y sont proposées par le musée. Outre les visites
accompagnées des jardiniers qui vous initieront à leurs secrets, des animations créatives, sportives, ludiques y sont proposées. Les pique-niques y sont encouragés, afin de prolonger la journée, entre visite et bon bol d’air.

Le parc du Louvre-Lens tend à trouver son rythme de « croisière » ; il n’est pas rare d’y rencontrer des joggeurs, des cyclistes ou des promeneurs, venus profiter de ce vaste espace vert et tranquille au cœur de plusieurs cités, maillon de la Chaine des Parcs.

La surprise est souvent au rendez-vous, à la découverte d’une biodiversité inattendue en pleine ville. Les jardiniers présents sur le site ne sont pas avares d’explications et auront plaisir à vous parler des abeilles, de leur potager ou de leurs nombreux projets pour développer les nombreuses possibilités de cet outil extraordinaire.

Course à pied dans le Parc paysager du Louvre-Lens
Course à pied dans le Parc paysager du Louvre-Lens
Parc paysager du Louvre-Lens
Parc paysager du Louvre-Lens
En quelques chiffres
6 600 arbres dans le parc du musée, sans oublier 26 000 arbustes et des milliers de plantes vivaces
4 jardiniers sont en charge de l’entretien et de l’animation du parc
Informations pratiques
Plan de travail 1
Horaires d’ouverture

Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 18h (Dernier accès à 17h15).

Accueil des groupes dès 10h (réservation obligatoire, présentation de la confirmation de visite)

Le musée est ouvert les 8 mai, 25 mai (Ascension), 5 juin (Pentecôte) et 14 juillet (Fête nationale).

Plan de travail 1
Accès et stationnement

La ville de Lens est desservie par l’autoroute A21, elle-même reliée aux autoroutes A1 – E17 (Lille-Paris) et A26 – E15 (Calais-Reims).

Stationnement gratuit:

Parking Paul Bert (rue Paul Bert à Lens) :
232 places, à 5 minutes à pied du musée.

Parking Jean Jaurès à Liévin (4 rue du Dr Piette) :
300 places + 8 emplacements camping-cars.
Attention : l’accès à ce parking depuis le musée n’est possible qu’aux horaires d’ouverture du parc.
Pensez à vous garer au parking Paul Bert si vous assistez à un spectacle de la Scène après votre visite.

Parking du Stade Bollaert-Delelis (accès par la rue Boulloche à Lens) :
2 000 places, à 15 minutes à pied du musée.

Parking de la Scène (accès par la rue Paul Bert, face au restaurant « Chez Cathy ») : 60 places. Ouvert une heure avant chaque début de manifestation.

Ils parlent du parc paysager

#louvrelens #lens

A post shared by Anne-sophie Audegond 🌞💋 (@annesophieaudegond) on