Les œuvres du musée du Louvre et du musée du quai Branly - Jacques Chirac dialoguent au Louvre-Lens - Louvre-Lens
Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour

Une rencontre historique
au cœur de la Galerie du temps

Le Louvre-Lens s'ouvre aux arts d'Océanie, d'Afrique et des Amériques

Grâce à une collaboration exceptionnelle avec le musée du quai Branly – Jacques Chirac, 18 œuvres d’Afrique, d’Océanie et des Amériques viennent enrichir la Galerie du temps. Désormais, les cultures occidentales et non occidentales se côtoient plus largement encore dans la Galerie du temps et dialoguent entre elles, dans un espace décloisonné, sans frontières ni hiérarchie.

Marie Lavandier, Directrice du Louvre-Lens :

« Nous engageons en 2021 une nouvelle vie pour la Galerie du temps du Louvre-Lens, que j’ai souhaité ouvrir à de nouveaux horizons géographiques et chronologiques. »

Emmanuel Kasarhérou, Président du musée du quai Branly - Jacques Chirac :

« Au Louvre-Lens, le quai Branly prolonge son partenariat historique avec le Louvre en faveur de la promotion du dialogue des cultures et de l’universalité des arts. Pour que les chefs-d’œuvre restent libres et égaux. »

Jean-Luc Martinez, Président-directeur du musée du Louvre, commissaire de la Galerie du temps :

« Présenter aujourd’hui pour la première fois dans la Galerie du temps des œuvres venues d’Afrique, d’Océanie ou des Amériques conservées par le musée du quai Branly, c’est en toute cohérence, une façon d’élargir le discours du musée et de s’inscrire dans cette quête de l’universel qui est la dynamique même du Louvre. »

Enrichir la conscience du monde de chacun.

N’imposant ni parcours, ni récit, la Galerie du temps fait émerger de nouveaux liens entre les différentes périodes et les différentes cultures du monde.

Faire entrer de nouvelles œuvres, en provenance d’Afrique, d’Océanie et des Amériques, dans la Galerie du temps, permet de renouveler notre approche de l’Histoire de l’Art, en situant ces œuvres dans un contexte historique et chronologique, en évoquant des correspondances formelles avec les œuvres occidentales.

Dans ce Louvre « autrement », la Galerie du temps est le seul espace en France qui réunit ainsi des œuvres des 5 continents, proposant une histoire de l’art globalisée, une nouvelle approche du musée universaliste.

Une histoire partagée entre le musée du Louvre et le musée du quai Branly - Jacques Chirac
2000 – Inauguration du pavillon des Sessions au musée du Louvre

L’installation au Louvre des arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques est l’aboutissement d’un long processus.

Ils ont fait une première entrée au Louvre en 1827, lorsque le roi Charles X y crée le musée de Marine et d’Ethnographie. Les œuvres exposées fascinent le public et le musée connaît un grand succès. Mais, si les civilisations non-occidentales suscitent l’intérêt, rares sont alors les personnes qui reconnaissent une valeur artistique à ces collections. En 1905, les œuvres sont dispersées dans plusieurs musées. Elles quittent le Louvre.

Progressivement, et aussi avec l’appui d’artistes comme Pablo Picasso, ces pièces vont acquérir peu à peu le statut d’œuvres d’art. Dès 1909, le poète Guillaume Apollinaire souhaite que le Louvre accueille de nouveau ces chefs-d’œuvre « dont l’aspect n’est pas moins émouvant que celui des beaux spécimens de la statuaire occidentale ».

Au fil du 20e siècle, l’idée fait son chemin. Enfin, en 1990, Jacques Kerchache, grand spécialiste des cultures extra-occidentales, publie un manifeste signé de 300 artistes, philosophes, anthropologues et historiens d’art : Pour que les Chefs-d’œuvre naissent libres et égaux. Il réclame la création au Louvre d’un département consacré aux arts d’Afrique, d’Océanie, des Amériques et d’Insulinde qu’il regroupe sous l’appellation “Arts premiers”.

Le 13 avril 2000, le musée du Louvre inaugure le pavillon des Sessions. Annoncé en 1996 par le président de la République Jacques Chirac, cet espace préfigurait le futur musée du quai Branly. L’installation de collections extra-européennes au pavillon des Sessions témoigne de la volonté politique d’ouvrir à nouveau le musée à d’autres cultures. Il constitue également une réouverture symbolique du Louvre aux arts non occidentaux dont plusieurs collections avaient quitté le Palais au fur et à mesure du 20e siècle.

Cette antenne du musée du quai Branly – Jacques Chirac au musée du Louvre réunit 120 chefs- d’œuvre du monde entier dans le plus grand musée du monde. Le pavillon des Sessions s’inscrit pleinement dans l’histoire universelle du Louvre.

2017 – Inauguration du Louvre Abu Dhabi

Né d’un accord intergouvernemental signé le 6 mars 2007 entre les Émirats Arabes Unis et la France, le Louvre Abu Dhabi est le premier musée universel du monde arabe. L’accord engage treize établissements publics culturels français, dont le musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Avec la création du Louvre Abu Dhabi, dont l’approche muséographique est unique au monde, de nouvelles connexions entre des civilisations ou des cultures apparemment éloignées dans le temps et l’espace sont explorées. Suivant un parcours à la fois chronologique et thématique, le visiteur traverse différentes époques et civilisations.

Pour une égale reconnaissance des arts et des cultures
Une sélection prestigieuse

Les 18 œuvres dévoilées au Louvre-Lens ont été soigneusement choisies par le musée du quai Branly – Jacques Chirac pour s’inscrire tout au long de la vaste chronologie de la Galerie du temps. Elles ont été sélectionnées en raison de leur grande qualité esthétique, la variété de leurs formes et techniques, mais aussi leur origine et leur valeur patrimoniale (anciennes collections du musée de Marine du Louvre ou encore de prestigieuses collections privées telles que Helena Rubinstein et André Breton).

La sélection des œuvres a été supervisée par Yves Le Fur, directeur du Patrimoine et des Collections du musée du quai Branly – Jacques Chirac.

La poursuite du chantier des collections du musée du quai Branly

Ce partenariat exceptionnel a été l’occasion pour le musée du quai Branly – Jacques Chirac de poursuivre son chantier des collections. L’inscription des chefs-d’œuvre du musée du quai Branly Jacques Chirac dans l’approche chronologique de la Galerie du temps a nécessité un travail de datation complémentaire. Certaines œuvres présentées au Louvre-Lens ont ainsi bénéficié de la méthode de datation par carbone 14 ou thermoluminescence.

Une approche pédagogique

Un cycle de conférences, organisé en partenariat avec le musée du quai Branly – Jacques Chirac, permettra aux visiteurs du Louvre-Lens de s’initier aux arts et cultures d’Afrique, d’Océanie et des Amériques, et de mieux comprendre l’histoire de ces œuvres dans les collections françaises, jusqu’à leur présentation au Louvre-Lens.

De nouveaux parcours de visite, ateliers et rencontres ont été imaginés par les médiateurs du Louvre-Lens pour accompagner les visiteurs dans leur découverte de ces œuvres et cultures peu représentées dans la Région Hauts-de-France.

Les œuvres de la Galerie du temps

Explorez la Galerie du temps, depuis chez vous.