L'automne, la saison idéale pour engazonner les sols ! - Louvre-Lens

L’automne, la saison idéale pour engazonner les sols !

Travailler dans un parc, c’est adapter sa gestion du site en fonction des saisons. L’automne étant bien installé, avec ses températures douces et une pluie régulière, c’est le moment le plus favorable à l’engazonnement. Quelques années auparavant, les semis de gazon s’effectuaient également au printemps mais les sécheresses de plus en plus fréquentes en avril /mai peuvent nuire au succès de ces travaux.

Les zones engazonnées sont limitées dans notre parc:

  • aux abords directs du musée
  • aux zones dédiées au public
  • aux tracés des allées entre les prairies fleuries et du sous-bois, entre les différentes clairières

Cette semaine nous sommes intervenus sur une zone en particulier : le pourtour du Pavillon de verre.  Le Pavillon de verre est un espace d’exposition totalement vitré qui communique avec l’extérieur, invitant le regard à se poser au loin, sur une grande plaine engazonnée puis fleurie.

Les artistes exposant dans cet espace aiment jouer avec cette ouverture sur la nature en s’appropriant le paysage, à  l’instar de Françoise Pétrovich à l’automne 2018 ou d’Hicham Berrada au printemps 2019. Le parc est l’écrin du musée !

Françoise Pétrovich, Tenir, octobre 2018

 

Hicham Berrada, Paysages générés, juin-sept 2019

Pourquoi travailler le gazon l’automne ?

Le climat est plus favorable, que ce soit en termes de température ou d’humidité. Les semences vont ainsi germer rapidement tandis que les racines s’assureront un bon ancrage dans le sol. La germination, qu’on appelle aussi « levée », sera régulière et la concurrence avec d’autres végétaux sera réduite. En effet ces derniers sont moins vigoureux à cette période de l’année, avec la baisse de la luminosité et la diminution des températures.

Il faut savoir qu’un jeune gazon exposé au froid hivernal se renforce et reprend de la vigueur dès les premiers jours de printemps, puisque son système racinaire est déjà bien développé.

Comment avons-nous procédé ?

Nous avons effectué un regarnissage, nous avons retravaillé une zone engazonnée qui avait un peu souffert le long des massifs.

 

Les différentes étapes :

1 : Le griffage du sol en surface
On retire d’abord les obstacles comme les pierres et plantes indésirables.  Ensuite, on griffe les trous formés dans le gazon existant et on casse les mottes au croc avant de niveler le sol pour obtenir une surface bien plane.

: La pose d’un cordeau
On pose un cordeau en longeant le bâtiment, puis on taille la bordure du massif à la bêche, en biais, pour tracer un sillon.

3 : Le semis du filet
On sème les graines dans le sillon, en les laissant « filer » entre le pouce et l’index : le but est la formation d’une bordure engazonnée dense et nette.

4 : Semis du contre filet
On sème les graines dans la zone qui sépare le filet du reste du gazon. Dans la création d’un gazon neuf, le contre filet est un espace densifié pour renforcer les contours du gazon, dans notre cas, nous voulions harmoniser les densités des deux gazons en comblant les manques dans le gazon existant.

5 : Le passage du rouleau
Passer le rouleau permet de plaquer les graines au sol et de s’assurer une meilleure « prise ».

Nous avons eu la chance d’être au diapason avec la météo puisque la pluie a terminé le travail ! Il ne reste plus qu’à patienter jusqu’à la germination.

 

D'autres articles de la même catégorie

Zoom sur la théorie des signatures !
Quand les jardiniers bichonnent l’astragale avant l’hiver…
Le Saule Marsault