Musée fermé
Parc fermé
Fermer Plan de travail

La sculpture en osier vivant : une technique à la portée de tous

Des techniques simples peuvent parfois vous transformer en véritable architecte végétal. Nous allons tout vous dire sur le tressage d’osier vivant que nous pratiquons dans le parc avec nos propres tailles de branches de saule.

Qu’est ce que le saule vivant ?

Les créations en saule vivant sont des sculptures obtenues par le bouturage de branches de saule. Le saule est un arbre très facile à multiplier car il contient des hormones de croissance puissantes. Une tige de saule plantée en terre produira des racines au printemps et se développera pour former un nouvel arbre. Monter une structure en boutures de saule, c’est anticiper son développement et créer une construction vivante.

Il existe de nombreuses variétés de saule dont plusieurs présentes dans notre parc. Nous vous avons déjà parlé du saule marsault  en bord de bassin. A  l’entrée principale du musée, nous avons des saules à feuilles de romarin (Salix rosmarinifolia) et des saules crevettes (Salix integra ‘Hakuro-Nishiki‘) ces derniers ont des valeurs décoratives.

Saules crevettes au bois rosé contrastant avec le vert des Euphorbes characias du premier plat et du fleuri des ajoncs d’Europe, janvier 2020

Connaissez-vous le saule de vannerie ? Celui que l’on utilise pour produire des paniers en osier ? C’est le Salix vinimalis. Ses branches sont récoltées, écorcées, calibrées, séchées puis  trempées dans l’eau 24 à 48h pour obtenir une tige souple à tresser. En évitant l’étape du séchage, nous pratiquons le tressage d’osier vivant avec nos variétés de Salix vinimalis, Salix fragilis et Salix alba situés autour du bâtiment administratif du musée.

Plusieurs variétés de saule jouxtent le bâtiment administratif, été 2019

 

Allée du bâtiment administratif, été 2019

 Quand récolter les branches ?

Le prélèvement des branches de saule s’effectue à sève descendue, lors du repos végétatif hivernal, entre janvier et mars.

Pour obtenir des branches à tresser d’un calibre facile à travailler, il suffit de planter des jeunes plants de saule qui seront « recépés » tous les ans ou deux ans selon le projet et le calibre recherché. Le recépage consiste à tailler au niveau du pied (on laisse 40/50cm de tronc), favorisant ainsi la multiplication de jeunes branches basses. La branche de saule peut pousser au delà d’1m50 en une saison. Au lieu d’obtenir un arbre qui va croître sur une tige principale formant le futur tronc, ces brins pourront être prélevés et utilisés.

On met en terre un « tacot » de saule, c’est-à-dire une bouture d’une trentaine de cm en laissant sortir une dizaine de cm hors de terre. A ce moment, le tacot ne présente pas de racine, il s’agit d’un « bout de bois ». Lorsque les températures vont remonter au printemps, avec l’humidité (un arrosage suivi si nécessaire), le tacot va prendre racine et des branches vont se développer.

En osiériculture, les tacots de saule sont plantés serrés pour que le plant oriente sa croissance verticalement en recherche de lumière. On obtient ainsi des brins d’osier de bonne qualité, longs et droits.

Tacot de saule planté bourgeons vers le haut, février 2019

 

Plantation des tacots à la barre à mine

Une matière très simple à travailler

Dès lors qu’elles ont été suffisamment immergées, les tiges de saule sont très facilement manipulables et les possibilités sont infinies.

Laisser libre cours à son imagination

Arches, haies, cabanes, radeaux, arbres tressés, bancs ombragés sont autant de possibilités que nous avons souhaitées expérimenter dans le parc.

Cette valorisation des tailles de saule couplée à la créativité féconde du jardinier donne vie à des structures qui font la joie de tous.

Dans le parc du Louvre-Lens, les promeneurs profitent de l’ombrage des allées de saules pour atteindre le musée lors des fortes chaleurs, ainsi que celle des arches qui abritent les bancs le long du bois.  La technique de tressage utilisée pour l’arche des bancs est la même que celle utilisée pour le tressage de haie.

La cabane en clairière du bois pionnier est une cachette de choix pour les enfants en quête d’aventure. Elle est d’ailleurs très facilement reproductible chez vous dans un coin de jardin assez humide. Année après année, la croissance du saule finira par former un toit et créer une cabane vivante.

 

Plantation d’une cabane en saule, février 2019

 

Résultat après trois mois, mai 2019

 

Un radeau pour les poules d’eau…

Durant l’hiver dernier, profitant de nos tailles de saule, l’équipe décide de la construction d’un radeau, espérant secrètement la nichée d’une bête à plumes.

Placé au milieu du bassin, aussitôt le printemps venu, les brins de saule ont spontanément développé un système racinaire baignant dans l’eau du bassin et une végétation luxuriante en surface, un îlot de quiétude pour la faune. Au moins deux générations de poussins sont venus égayer le bassin durant l’été ; jardiniers et visiteurs furent récompensés.

Tressage de radeau en osier

Radeau végétalisé naturellement par sa base en saule

Poussin de poules d’eau nés sur le radeau de saule

Tressage d’un composteur partagé à proximité de la salle de repos au bâtiment administratif

 

Arche végétale pour cette allée de saules

Cet article vous a donné des idées ? C’est maintenant à vous de jouer ! N’hésitez pas à venir nous demander conseil, le tressage s’effectue en ce moment et jusqu’au printemps !

D'autres articles de la même catégorie

Les Invasives de Sophie Larger et Stéphanie Buttier
Découverte de l'œuvre "Broderies vagabondes" réalisée par les artistes Sophie Larger et Stéphanie Buttier dans le cadre de la saison 2023 de Parc en fête au Louvre-Lens.
Le trésor sous nos pieds dévoilé par Solène Ortoli
Découverte de l'œuvre "Sous le sol les ères" réalisée par l'artiste Solène Ortoli dans le cadre de la saison 2023 de Parc en fête au Louvre-Lens.
Prendre une bouffée d’air pur avec Fred Martin
Découverte de l'œuvre "Le Galibot" réalisée par l'artiste Fred Martin dans le cadre de la saison 2023 de Parc en fête au Louvre-Lens