Zoom sur la molène ! - Louvre-Lens

Zoom sur la molène !

Molène Bouillon Blanc, entrée principale du musée


Une plante qui apprécie les lieux hostiles

Un sol rocailleux, caillouteux et sec : voilà un terrain qui paraît bien défavorable pour le végétal ! Certaines plantes trouvent cependant ces espaces attractifs et s’y épanouissent aisément. La nature a pensé à tout !

Le terril plat auquel le parc s’adosse est constitué d’un sol pauvre et drainant. C’est un terrain de jeu idéal pour la molène qui a investi notre parc.

Deux années sont nécessaires pour admirer sa floraison !

Tantôt discrète, tantôt dressée, le bouillon blanc de la famille des molènes (Verbascum thapsus) est ce qu’on appelle une plante bisannuelle : son cycle se poursuit sur deux années.

La première année, la graine germe et forme une rosette, une base garnie de grosses feuilles épaisses recouvertes d’un fin duvet blanc doux au toucher.

La seconde année, après avoir subi une période hivernale, elle élève sa hampe florale. Il est alors difficile de l’ignorer du haut de ses 1,50m à 2m de haut ! Vous l’avez peut-être croisée ? Elle essaie de rivaliser avec les parois du bâtiment, et il faut avouer qu’elle y est presque arrivée, déployant ses fleurs jaunes une à une, et se réfléchissant fièrement sur les parois d’aluminium. Chaque fleur donnée ne fleurit qu’une seule journée.

Son duvet : un airbag naturel

L’origine du mot « molène » viendrait de la mollesse de ses feuilles et verbascum serait une déformation du latin barbascum qui signifie « barbue ». Cet ingénieux système de poils emprisonnant l’air lui offre une protection contre les agressions extérieures.

Une plante aux multiples vertus

Cette plante médicinale était connue de la célèbre Sainte Hildegarde Von Bingen, religieuse du 12e siècle et guérisseuse. Elle la cultivait dans le jardin de son monastère : les corolles de fleurs séchées étaient utilisées en infusion pour calmer les toux et les infections respiratoires. Les feuilles, trempées dans du lait, servaient de cataplasme pour leurs qualités apaisantes et cicatrisantes.

Plante magique, on lui prête d’innombrables qualités : elle protégerait non seulement de nombreux maux mais éloignerait également les mauvais sorts !

Le Cierge de notre dame

Enduite de poix ou de suif, sa longue hampe servait de torche ou de bougie au Moyen-âge, d’où ses noms de « Cierge de Notre-Dame » ou de « Grand Chandelier ». On l’appelle aussi « Queue de loup » car selon la légende, dissimulée dans la poche, elle protégerait des attaques des canidés…

La molène, star d’un tableau

La molène nous fascine et inspire les artistes depuis toujours. On peut en admirer une représentation par Jan Stanislawski dans l’exposition Pologne 1840-1918. Peindre l’âme d’une nation (jusqu’au 20 janvier 2020).

Jan Stanisławski, Molène (Dziewanna), 1895, huile sur toile, H. 38 cm ; L. 67 cm, Cracovie, Château Royal de Wawel, inv. 7428

Dans cette huile sur toile datée de 1895 et intitulée Molène, « Stanislawski exprima sa vision panthéiste de la nature non dans de grands panneaux, comme Monet, mais à l’aide de fragments, d’états changeants, de subtiles apparitions sous forme de plantes sauvages comme les chardons, les molènes, les tournesols. »

Agnieska Rosales Rodriguez, 2019 « Paysages à découvrir ». Dans Pologne 1840-1918. Peindre l’âme d’une nation, sous la direction de Iwona Danielewicz, Agnieska Rosales Rodriguez, Marie Lavandier, Luc Piralla-Heng Vong, p. 309. Catalogue d’exposition (Lens, Musée du Louvre-Lens, 25 septembre 2019-20 janvier 2020). Éditions Snoeck.

La molène floconneuse, cousine singulière de la molène

Plus rare, sa cousine, la molène floconneuse (Verbascum pulverulentum) est aussi présente dans le parc du Louvre-Lens. Sa hampe est plus éclatée, son duvet plus fourni.

Molène floconneuse avec sa hampe florale éclatée

Nous suivons attentivement son évolution afin de la préserver en adaptant nos actions : nous savons exactement à quels endroits se trouvent les stations de molènes floconneuse et suivons avec soin sa migration, année après année.

 

Sources :

https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/128660

https://www.inaturalist.org/taxa/56165-Verbascum/browse_photos

https://laplumedeloiseaulyre.com/?p=3300

D'autres articles de la même catégorie

Vive le vent d’hiver !
L’herbier, idéal pour apprendre à reconnaître les plantes !
Zoom sur la théorie des signatures !