Des fossiles à la maison : paysage empreinté ! - Louvre-Lens
Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour

Des fossiles à la maison : paysage empreinté !

Gunilla vous propose de jouer avec les empreintes et le fusain, tout en vous inspirant de l’imaginaire de l’artiste Max Ernst.

À découvrir au Louvre-Lens :

MILKYWAY-1680

SOLEILS NOIRS

#expoSoleilsNoirs

Envie d'essayer ?

Lancez-vous !

Type d'activité

Dessin, collage

Pour qui ?

  • Pour tous

Temps requis

1h30

Matériel nécessaire

  • Différentes feuilles de papier fin de 40 à 80 grammes
  • Des bâtonnets de fusains, ou à défaut des crayons gris ou des mines de plomb
  • De la laque pour les cheveux
  • Des ciseaux
  • De la colle à papier

J'ai terminé mon activité

En visitant l’exposition Soleils noirs, je me suis arrêtée devant le fossile houiller. Ce bloc m’a rappelé qu’afin d’atteindre les couches de charbons, les mineurs extrayaient de grandes quantités de schistes noirs, parfois fossilifères. Cette fougère provient d’une exploitation minière. Elle appartient au genre Pecopteris (du grec –pec, peigne et –pteri, aile) et date du Carbonifère, soit environ 300 millions d’années. Le Museum d’histoire naturelle du Havre explique qu’il s’agissait de fougères arborescentes, avec un tronc qui pouvaient atteindre plusieurs mètres de haut ! Ces fossiles végétaux trouvés en abondance nous informent sur le climat chaud et humide qui régnait alors en France. Il faut imaginer l’écosystème du Carbonifère comme une forêt équatoriale chaude et humide peuplée d’animaux à carapace rigide : des arthropodes géants.

Sur ces entrefaites, je me suis souvenue des paysages fantastiques, des « forêts pétrifiées » de l’artiste Max Ernst (1891-1976). Ce bloc de houille m’a aussi donné envie de créer au fusain. Peut-être parce que ce morceau de carbonifère fait écho aux branches d’arbres carbonisées avec lesquelles nous pouvons dessiner. N’avez-vous jamais essayé de gribouiller ou de vous maquiller avec du charbon de bois ?

Le fusain est une branche de saule ou de fusain brûlée et transformée en charbon, c’est un instrument classique pour l’apprentissage du dessin et pour l’esquisse, car il s’estompe facilement. Dès l’Aurignacien (37 000 à 33 500 avant notre ère), les artistes de la préhistoire qui ont orné les parois de la grotte Chauvet ont privilégié le charbon de pin pour dessiner leurs fresques. En Italie, au 15e siècle, le peintre Cennino Cennini (1360-1440) explique sa recette : « lier les baguettes et les placer dans un pot fermé que l’on porte au four du boulanger ». Selon le degré de cuisson, le fusain peut être plus ou moins tendre et laisser une trace noire plus ou moins intense. Aujourd’hui, vous pouvez récupérer un morceau de charbon de bois pour barbecue ou vous procurer des bâtonnets de fusain prêts à l’emploi.

ATELIER

En s’inspirant de la technique de frottage de Max Ernst, je vous propose un atelier en trois étapes ; ces moments peuvent être dissociés ou réalisés lors d’une séance unique d’1h30 minimum. Pour cette production, vous avez besoin de votre sens de l’observation et de votre imagination, comme lorsque vous imaginez des formes et des histoires en regardant les nuages. Prenez aussi du papier, plutôt fin, des fusains ou à défaut des crayons gris ou des mines de plomb, de la laque à cheveux, des ciseaux et de la colle à papier.

Collecte des empreintes et frottages (30 minutes)

D’abord, collectez et relevez les fossiles de la maison. Regardez attentivement les matériaux de construction de votre lieu de vie ; ciment, bois, carrelage, crépi, dallage, panneau de placage, etc. sont propices à réaliser des empreintes. Poser une feuille de papier assez fin sur une texture et frotter doucement avec le fusain pour laisser paraître le relevé des aspérités et du relief.

Recommencez avec différentes matières jusqu’à avoir un échantillon suffisant d’empreintes variées.

Astuce : utilisez des papiers différents de 40 à 80 grammes d’épaisseur pour multiplier les effets de textures.

Cette technique de frottage est très ancienne, les archéologues l’utilisent encore pour réaliser des relevés d’objets. Mais c’est le peintre Max Ernst qui codifie le procédé dans son Histoire naturelle (1926) : « sur un panneau […] de faux acajou, et provoquant des associations de formes organiques (œil menaçant, long nez, grosse tête d’oiseau à épaisse chevelure noire, etc.) ». L’artiste révèle les empreintes de son plancher, de la toile d’un sac, des ficelles, des grilles et toutes autres sortes de matières. Max Ernst découvre alors des formes et des ombres qu’il fait correspondre avec des fleurs coquillages, des animaux, des arborescences, des personnages…

(Pour (re)découvrir les frottages de Max Ernst, visitez le site du centre Georges Pompidou).

Définition des contours, redessinés et estompés (30 minutes)

Ensuite, examinez vos empreintes et retracez les ombres et les lignes de contour pour faire apparaître une figure. Le fusain étant volatile, pensez à le fixer en pulvérisant du fixatif ou de la laque à cheveux sur vos dessins.

Assemblage en paysage (30 minutes)

Enfin, détacher vos figures du fond.

Découpez soigneusement certaines parties et/ou déchirez le contour des autres pour multiplier les détails. Puis, associez-les en une composition fantasmagorique, peut-être un paysage de l’ère carbonifère 😉

Astuce : préférez un fond sombre pour faire ressortir les contrastes et accentuer la profondeur de champ.

En résonance avec l’exposition Soleils noirs, cet atelier est proposé en noir et blanc, mais il peut aussi être réalisé en couleur. N’hésitez pas à partager vos réalisations avec le #expoSoleilsNoirs et à commentez cette activité. J’ai hâte de découvrir vos réalisations !

Envie d'essayer ?

Lancez-vous !

Type d'activité

Dessin, collage

Pour qui ?

  • Pour tous

Temps requis

1h30

Matériel nécessaire

  • Différentes feuilles de papier fin de 40 à 80 grammes
  • Des bâtonnets de fusains, ou à défaut des crayons gris ou des mines de plomb
  • De la laque pour les cheveux
  • Des ciseaux
  • De la colle à papier

J'ai terminé mon activité

Vous avez testé cet atelier ?

Vous aussi, partagez dès maintenant votre création en quelques étapes seulement

C'est très simple :

  1. Prenez une photo de votre réalisation
  2. Envoyez-nous votre photo depuis votre ordinateur ou depuis votre téléphone
  3. Votre création sera publiée sur notre site dans la rubrique " Vos créations ". Cela peut prendre quelques jours, patience !

Vous pouvez aussi publier votre création sur les réseaux sociaux avec le hashtag #MonLouvreLens

Voir les photos des internautes