Bernar Venet - Louvre-Lens
Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour
11 juillet 2021 - 10 janvier 2022

Bernar Venet

L’hypothèse de la gravité

#expoBernarVenet

L’Hypothèse de la gravité est une exposition monographique de l’artiste contemporain Bernar Venet. Deux œuvres monumentales envahissent les 1 000m² du lumineux Pavillon de verre ainsi que le parc environnant.

Dans le Pavillon de verre

Le Pavillon de verre est investi d’une centaine de poutres d’acier corten en forme d’Arcs, de Lignes droites, et d’Angles. Entassés, accumulés, emmêlés à même le sol, les éléments sculpturaux et linéaires, aussi monumentaux que graphiques, se sont effondrés sur eux-mêmes.
Bernar Venet pose ici l’hypothèse de la gravité comme proposition formelle. La matière n’est plus régie que par les forces de la nature : les motifs industriels sont agencés de manière désordonnée au point de rappeler l’organisation spontanée du végétal. La sculpture libère une énergie et une féroce beauté. Il offre ainsi aux visiteurs une expérience physique et artistique de l’espace, de la poésie, de l’imprévisible.
L’artiste poursuit ici ses explorations sur la matière, ses capacités de résistance, sa réaction à la gravité ainsi que la question de l’entropie centrale dans son œuvre. La pratique de l’entassement, de l’effondrement, ainsi que le recours à des combinaisons aléatoires comme mode de création, sont essentiels de l’œuvre de Bernar Venet.

« Mon installation du Louvre-Lens peut être considérée comme la démonstration la plus caractéristique de toutes les œuvres que j’ai créées ces dernières années. Disperser dans le Pavillon de verre un tas de barres d’acier composé d’Arcs, d’Angles et de Lignes droites dans un désordre incontrôlé et irréversible, c’est proposer une œuvre qui fait la démonstration du non-proportionnel, du non-construit et du non préétabli. »
Bernar Venet

Au Louvre-Lens, L’Hypothèse de la gravité marque une nouvelle étape du travail de l’artiste : l’installation est ici connectée spatialement, visuellement et conceptuellement à la Galerie du temps, 3000m2 où se déploie 5000 ans d’histoire de l’art d’un seul regard, sans cloisons. Elle entre en écho avec une idole cycladique, un Couros en marbre provenant du sanctuaire d’Asclépios, une petite Victoire ailée modelée en terre cuite au début du 2esiècle avant J.C., le célèbre Hermaphrodite endormi de la collection Pamphili, une statuette de vieil homme aztèque taillée dans une pierre volcanique, des pleurants du début du 15e siècle français, ou encore cette élancée Diane chasseresse de bronze, et les 200 objets exposés. Une histoire de la sculpture se lève, bouleversée de cet agencement magistral, aléatoire, que propose Bernar Venet. Il interroge le geste même du sculpteur, qui vise à générer un nouvel espace par l’association de plein et de vide, qu’il ajoute de la matière ou qu’il en retire, qu’il modèle, qu’il accumule ou qu’il taille.

« Mon travail est toujours dérivé de concepts qui paraissent antagonistes, mais que je préfère qualifier de complémentaires. C’est ma manière de réfléchir, ma méthode pour découvrir des solutions différentes applicables à l’histoire de la sculpture. Il s’agit ici de travailler sur des concepts de désordre, d’instabilité, d’incertitude et d’entropie. Je peux ainsi me libérer des traditions constructivistes de la composition intuitive, ainsi que des agencements sériels, préétabli des artistes de l’Art Concret et Minimal. Mes installations qui ne respectent plus ces règles aujourd’hui conventionnelles, suggèrent l’aléatoire comme règle du jeu. »
Bernar Venet

« L’installation aléatoire, sans socle, pénétrable, non manufacturée, par Bernar Venet bouleverse la perspective de la Galerie du temps et parvient à voir se lever une histoire de la sculpture renouvelée. »
Marie Lavandier, directrice du Louvre-Lens

 

Dans le parc

Désordre
Ensemble de groupes d’arcs monumentaux
Acier Corten
Collection Bernar Venet Studio

Bernar Venet investit également le parc du Louvre-Lens avec Désordre, un ensemble d’arcs d’une hauteur de 4,50 mètres fragilement penchés, comme s’ils étaient figés en train de s’effondrer.

Dispersés dans le pré de manière imprévisible, chaque groupe assemble 5 à 8 arcs inclinés très précisément : artiste conceptuel, Bernar Venet indique de manière systématique ces informations sur ses sculptures.

 

Bernar Venet

Né en 1941 à Château-Arnoux Saint-Auban dans les Alpes de Haute Provence, Bernar Venet vit et travaille au Muy dans le Var.
Bernar Venet est un artiste français connu pour ses sculptures d’Arcs, d’Angles, de Lignes Droites et de Lignes Indéterminées, pour son expérimentation des matériaux comme le charbon et le goudron au début des années 1960 et l’utilisation des sciences et du langage mathématique dans ses œuvres. À partir de 1966 il a été l’un des pionniers de l’art conceptuel à New York où il était installé. Réalisé pour la première fois en 1963 alors qu’il n’avait que 22 ans, le Tas de Charbon – présenté dans l’exposition Soleils noirs au Louvre-Lens en 2020 –, sculpture sans socle, sans forme décidée par l’artiste, et consistant en un éboulement massif, en est l’un des premiers témoignages de son travail sur la non composition. Il crée la Venet Foundation en 2014.