Les dictées dessinées - Louvre-Lens
Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour

Les dictées dessinées

Alix vous propose de réaliser un petit jeu de dessin en famille.

Envie d'essayer ?

Lancez-vous !

Type d'activité

Dessin, jeu

Pour qui ?

  • Pour les familles
  • Pour les jeunes (dès 10 ans)
  • Pour les jeunes (dès 12 ans)

Temps requis

De 20 à 45 minutes

Matériel nécessaire

  • Des feuilles de papier
  • Des crayons à papier
  • Quelques feutres, crayons de couleurs, etc.

J'ai terminé mon activité

Je vous propose de réaliser un petit jeu de dessin en famille : la dictée dessinée !

Ah ! Mais je vous vois, derrière votre écran, vous pensez que la « dictée » ne peut pas être ludique ou plaisante ? Eh bien, voyez par vous-même, vous serez surpris ! Je vous propose trois exemples de dictées dessinées pour découvrir autrement les œuvres du musée.

 

Les règles du jeu

  1. Une personne lit une première fois la description écrite de l’œuvre. Il faut la lire doucement, par étapes. Pourquoi ? pour que chacun puisse s’imaginer la scène dans l’ensemble. Si une lecture ne suffit pas, on peut la relire une deuxième fois.
  2. Dessiner (très) rapidement sur une petite feuille de brouillon comment on imagine l’œuvre.
  3. Chaque dessinateur prend une feuille de papier et un crayon de bois. Le lecteur lit à nouveau le texte en pensant à laisser du temps pour la réalisation du dessin, à chaque fin de phrase.
  4. Il est possible de venir mettre en couleur, avec crayons ou feutres, selon les indications du texte.
  5. Une fois le dessin terminé, on les pose sur la table pour comparer ensemble les différentes réalisations. Ici, l’objectif n’est pas d’élire le meilleur dessin mais de comparer ensemble ce qui correspond ou non à la description de la dictée.
  6. Découvrez ensemble l’œuvre décrite, à l’issue du jeu !

 

Alors ouvrez grand les oreilles, concentrez-vous et… à vos crayons !

Préconisations : L’objectif n’est pas de dessiner parfaitement l’œuvre, tous les détails ne sont volontairement pas décrits pour laisser une place à l’imagination. Chacun se fait une image mentale du tableau, et celle-ci ne correspond pas toujours à la réalité de l’œuvre. L’exercice laisse place à l’imagination de chacun !

 

Première dictée :  Un paysage à dessiner (difficulté +)

« Il s’agit d’un paysage.

Ce paysage donne à regarder très loin, avec beaucoup de profondeur. Il contient de nombreux détails. Nous allons le décrire en partant des éléments les plus proches vers les plus lointains.

A droite, au premier plan*, se trouvent trois personnages. Un couple en pleine discussion. La femme est assise à droite et l’homme les jambes allongées se trouve à gauche. Juste derrière eux, un autre personnage, plus petit, se tient debout.

Au deuxième plan*, on observe une rivière traversée par de nombreuses vaches allant vers la gauche du tableau. Quelques moutons boivent au bord de l’eau. Trois bergers se retrouvent à l’arrière du troupeau.

A droite un très grand arbre feuillu, avec un long tronc fin qui penche légèrement vers la gauche.

Au troisième plan*, au loin, on aperçoit des ruines, des falaises à gauche et la ligne d’horizon. Dans le ciel bleu et rose quelques nuages un peu plus foncés, gris. »

*Premier plan : ce qui se trouve juste devant nous.

*Deuxième plan : les éléments qui se trouvent derrière le premier plan, un peu plus loin.

*Troisième plan : Ce qui est au plus loin dans le paysage, près de la ligne d’horizon. Les éléments sont représentés plus petits.

 

Présentation de l’œuvre :

Claude Le Lorrain, Le Gué (Pâris et Oenone), 1648, huile sur toile.

Découvrez l’œuvre sur le site du musée :https://www.louvrelens.fr/work/paysage-paris-oenone-dit-gue/

Découvrez l’histoire représentée :

Claude Gellée dit Le Lorrain est un des peintres de paysages historiques les plus célèbres du 17e siècle. A travers cette œuvre, qui s’ouvre comme une scène de théâtre avec les « rideaux », marquée par les arbres aux extrémités de la composition, le peintre évoque une scène mythologique tirée de l’Iliade d’Homère.

La nymphe Oenone montre à son époux, le berger Pâris, les serments d’amour qu’il a gravés sur le tronc d’un peuplier. Au même moment, Oenone prédit un avenir tragique : Pâris va la quitter et causera la ruine de sa ville. Cette prédiction annonce les épisodes de la Guerre de Troie.

Blessé au combat, Pâris se tournera vers Oenone, après avoir affiché son amour pour la belle Hélène de Sparte. Seule Oenone sera en effet capable de le sauver, chose qu’elle refusera de faire…

Mais pour Le Lorrain, le sujet historique, bien qu’il soit obligatoire au 17e siècle, n’est qu’une occasion pour peindre un grand paysage idéal et de jouer avec les effets de la lumière. Il s’inspire de la campagne romaine, où il a passé une grande partie de sa carrière.

 

Deuxième dictée : Une déesse romaine (Difficulté ++)

« Une femme debout, la jambe droite légèrement en avant. Elle regarde droit devant.

Elle porte sur sa tête un petit casque avec, au-dessus, un petit oiseau en métal qui déploie ses ailes. Deux tresses tombent sur sa poitrine.

Elle tient, de sa main droite, une lance beaucoup plus haute qu’elle. Un bouclier ovale repose debout par terre à côté d’elle, tenu par sa main gauche.

Elle a sur ses épaules un drapé vert qui retombe sur ses avant-bras. Au-dessus de ce drapé, il y a également un tissu rouge.

Elle porte une cuirasse dorée qui s’arrête au niveau des hanches. Sur les franges de cette armure se trouvent plusieurs mascarons*.

Jusqu’aux genoux, une sorte de jupe grise recouverte d’un voile transparent descendant jusqu’à ses pieds. La transparence permet de voir qu’elle porte de hautes spartiates*.

Sur son bouclier, on aperçoit la tête de Méduse en train de crier et ses fameux cheveux-serpents. »

*Mascaron : visage ou masque.

*Spartiates : sandales faites de lanières.

 

Présentation de l’œuvre :

Baccio della Porta dit Fra Bartolomeo, La déesse romaine Minerve en armes, vers 1490, huile sur toile.

Découvrez l’œuvre sur le site internet du musée :https://www.louvrelens.fr/work/la-deesse-romaine-minerve-en-armes/

Découvrez la déesse romaine, Minerve :

La déesse romaine, Minerve, est la fille de Jupiter. Ce dernier, après avoir dévoré Métis, déesse de la ruse, sentant un grand mal de tête, a recours à Vulcain qui, d’un coup de hache, lui fend la tête. De son cerveau sort Minerve, toute armée.

Elle est vénérée comme déesse de la sagesse, des arts et de la stratégie guerrière. Elle est assimilée à la déesse grecque, Athéna.

On la représente le plus souvent avec une beauté simple, modeste, un air grave empreint de force et de majesté. Elle a ordinairement le casque en tête, une lance dans une main, un bouclier à l’autre, et l’égide, une arme magique, sur la poitrine.

Lorsqu’elle est représentée debout, elle adopte une attitude résolue d’une guerrière avec un regard porté vers de hautes conceptions.

 

Troisième dictée : Panneau de revêtement mural, une assemblée de mystiques (Difficulté +++)

« On observe quatre hommes assis ou agenouillés dans un jardin.

Devant eux se trouve un petit ruisseau où nagent quatre poissons.

Le premier homme barbu, situé à gauche, habillé d’une longue tunique verte, est assis avec un genou à terre et l’autre plié de sorte que sa tête repose dessus. Il tient dans sa main droite un petit livre bleu. Il a l’air songeur.

Le deuxième homme est assis, un peu à l’écart des trois autres hommes, juste derrière. Une main sur le col de son vêtement à petits pois et l’autre tenant une jarre. Il regarde un grand oiseau bleu qui est à gauche de l’œuvre.

Devant lui, se trouve, un homme moustachu en tunique rayée en bleu foncé et en bleu clair, une pomme verte à la main. Son bras gauche enlace les épaules du dernier homme qui lui tend un verre bleu. Ce dernier s’apprête à remplir sa jarre avec l’eau du ruisseau. Sur le sol jaune quelques brins d’herbes, verts.

On voit, au loin, derrière eux à droite, un pommier aux grandes branches noires, aux petites feuilles vertes et aux pommes bleues. Un serpent vert s’est enroulé sur la plus grand branche.

Tout autour, un cadre décoratif avec des formes de fleurs de lotus. »

 

Présentation de l’œuvre :

Panneau de revêtement mural : une assemblée de mystiques, Iran, vers 1700 – 1800, céramique à décor de ligne noire et glaçures colorées

Découvrez l’œuvre sur le site internet du musée : https://www.louvrelens.fr/work/panneau-de-revetement-mural-assemblee-de-mystiques/

Découvrez le jardin persan :

Sur cette œuvre, quatre derviches, religieux iraniens, se retrouvent dans un jardin. Celui-ci, dans l’art musulman, a été largement représenté dans la peinture ou les miniatures et est une source d’inspiration pour les artistes.

Le jardin persan fait appel à tous les sens, on imagine le parfum des fleurs, le bruissement du vent et de l’eau, le chant des oiseaux…

Il donne un aperçu du jardin céleste auquel font référence les religions juive, chrétienne et musulmane. La représentation du jardin est souvent une représentation du paradis. Ce dernier est décrit comme verdoyant. Des sources d’eau y coulent en abondance.

Saviez-vous que le jardin persan était un espace clos qu’on pouvait appeler Pairi-daeza, ce qui signifie « espace fermé » ?

 

J’espère que ce jeu vous a plu. N’hésitez pas à partager vos dessins en cliquant sur le bouton rouge ci-dessous « Je partage ma création ». 

Envie d'essayer ?

Lancez-vous !

Type d'activité

Dessin, jeu

Pour qui ?

  • Pour les familles
  • Pour les jeunes (dès 10 ans)
  • Pour les jeunes (dès 12 ans)

Temps requis

De 20 à 45 minutes

Matériel nécessaire

  • Des feuilles de papier
  • Des crayons à papier
  • Quelques feutres, crayons de couleurs, etc.

J'ai terminé mon activité

Vous avez testé cet atelier ?

Vous aussi, partagez dès maintenant votre création en quelques étapes seulement

C'est très simple :

  1. Prenez une photo de votre réalisation
  2. Envoyez-nous votre photo depuis votre ordinateur ou depuis votre téléphone
  3. Votre création sera publiée sur notre site dans la rubrique " Vos créations ". Cela peut prendre quelques jours, patience !

Vous pouvez aussi publier votre création sur les réseaux sociaux avec le hashtag #MonLouvreLens

Voir les photos des internautes