L’art de la détente : un paysage intérieur - Louvre-Lens
Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour

L’art de la détente : un paysage intérieur

Embarquez pour un voyage mental…

Un tableau intitulé "La Solitude"
Sylvie vous invite à un voyage dans votre paysage intérieur...

L’hiver s’installe doucement. Le froid surgit et le manque de lumière se fait sentir peu à peu. En cette période de l’année, nous avons grand besoin de cultiver la sérénité !
Sylvie Houille, sophrologue, nous emmène, le temps d’un petit voyage mental, à l’intérieur de l’œuvre d’Alexander Harrison, La Solitude.

La sophrologie est une méthode destinée à trouver un équilibre entre notre corps et nos émotions. Cet état de bien-être se manifeste grâce l’aide de plusieurs techniques orales et de respiration permettant l’apparition d’images mentales apaisantes qui cherchent à relaxer.

Considérée comme un art de vivre, la sophrologie investit de plus en plus les musées pour associer cet état de plaisir et de bien-être avec la découverte des œuvres. Peintures et sculptures se dévoilent par le sensible. Le visiteur se projette dans un voyage intérieur à l’écoute de ses émotions, de son corps et de l’instant présent.

L’exposition Soleils noirs est un parcours poétique et sensoriel autour de la couleur noire. Perçue très souvent comme négative, la couleur noire se révèle être une couleur du paradoxe qui fait apparaître des valeurs insoupçonnées.
La pratique sophrologique, quant à elle, associe la couleur à une énergie. Les expressions avec la couleur noire ne manquent pas (« avoir un regard noir », « broyer du noir », etc.) et placent cette dernière dans une dimension physique pas toujours positive. Mais le noir ne peut-il être couleur d’harmonie ?

Faisons l’expérience !

Installez-vous confortablement, et laissez-vous guider. Le voyage va commencer.

Temps de visionnage : 15 minutes

 

 

Continuons ce voyage ! Découvrons-en un peu plus sur l’œuvre…

 

Alexander HARRISON (1853-1930)
La Solitude
Vers 1893
Huile sur toile
Paris, musée d’Orsay, acquis en 1893
© Photo : RMN-Grand Palais, musée d’Orsay, Hervé Lewandowski

 

Alexander Harrison, originaire de Philadelphie, est un peintre de plein-air. Ses œuvres sont exposées dans plusieurs Salons* des années 1880, ce qui lui vaut une grande notoriété. Il devient une importante figure des artistes de l’École de Pont-Aven*. Il peint de nombreuses marines ; le tableau La Solitude, présenté dans Soleils Noirs et prêté par le musée d’Orsay, en fait partie.

Il ne s’agit pas d’une simple représentation d’un paysage plongé dans l’obscurité. Son titre, référence à un sentiment, fait de l’œuvre une allégorie* personnelle de la solitude. Une figure nue, mains derrière la tête, se tient debout sur une petite barque. Une grande part de la toile est occupée par un étang aux eaux sombres. Tout semble calme. Les couleurs, noires et vertes, de cette étendue d’eau plongent l’œil du spectateur dans un espace infini. Le ciel, dissimulé par un feuillage dense, obscur et mouvementé, accentue cette sensation. De la gauche vient la lumière, peut-être celle du soleil ou bien d’un clair de lune, qui irradie de blanc l’une des rames, posée à la surface de l’eau…

Placée dans la section dédiée aux eaux noires de l’exposition, cet étrange paysage à la palette presque noir semble ne représenter aucun lieu précis. L’eau, symbole de vie qui s’écoule, en transparence et fluidité, bascule vers l’inquiétante étrangeté lorsque celle-ci devient noire et opaque.

La Solitude interroge à la fois la force poétique des eaux noires, notre représentation personnelle de ce sentiment et notre rapport au monde qui nous entoure.

 

Et avant de se quitter quelques mots à décrypter *

Salon : Manifestions artistiques qui avaient lieu une fois par an à Paris de la fin du XVIIe jusqu’en 1880.  Ces Salons permettaient aux artistes, agréés par l’Académie royale de peinture et sculpture, de présenter au public des œuvres qui étaient ensuite examinées et acceptées par un jury.

École de Pont-Aven : Un groupement d’artistes de la moitié du XIXe siècle qui peignaient régulièrement à Pont-Aven, petit bourg breton. Cette école artistique se détache d’une représentation formelle de la nature en mettant en avant, entre autre, la couleur par de grands aplats cernés de noir.

Allégorie : expression d’une idée par une image peinte, sculptée, écrite…

 

Après ce moment de détente, poursuivez l’expérience, si l’esprit vous en dit, avec un exercice de méditation, à retrouver ici !