Musée fermé
Parc ouvert jusqu'à 21:00
Fermer Plan de travail

Crosse « de l’abbé Aimon de Mollain » : palmette-fleur

Vers 1200
Anonyme
Lieu de création : Limoges (Limousin->Haute-Vienne = Haute Vienne)
Orfèvrerie, argenterie ; crosse
Département des Objets d’art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes

Moyen Âge / L’Italie, Byzance et l’Islam d’Occident
Venise, Italie actuelle
Vers 1200-1300
Tête d’ange : fragment d’un décor de la Basilique de Torcello représentant le Jugement dernier
Mosaïque
Angel’s head : fragment of decoration from the basilica of Torcello depicting the Last Judgement
Mosaic
Don de E.-D. Gerspach, 1892
OA 6460

 

L’Italie, Byzance et l’Islam d’Occident

L’Italie doit à sa situation géographique d’être au cœur des échanges méditerranéens entre Byzance, l’Islam et la Chrétienté occidentale. La péninsule est divisée aux 11e et 12e siècles entre principautés lombardes et territoires dominés par la Papauté, les Byzantins, les Arabes puis les Normands. Le travail de l’ivoire d’éléphant importé d’Afrique par le relais de marchands musulmans atteste l’existence d’un répertoire puisant à des sources variées. Longtemps placée sous l’influence d’un gouverneur byzantin qui siégeait à Ravenne, Venise montre vers l’an Mil un art mêlant les canons byzantins des dynasties contemporaines des Macédoniens (867-1056) et des Comnènes (1081-1185) et le style roman. Cette tête d’ange provenant du décor en mosaïque de la basilique de Torcello, petite île située au nord de la lagune de Venise, illustre avec éclat cette tendance.

Iran
Plaque de revêtement à décor de lampe
Vers 1250-1300
Céramique à décor de lustre métallique
H. 64 ; l. 48,2 ; ép. 5,7 cm
OA 3341
Achat, 1893

Limoges, France
Élément de bâton pastoral (crosse)
Vers 1200
Émail champlevé sur cuivre doré
H. 28,2 ; l. 10,6 cm
Paris, musée du Louvre
OA 2023
Achat, 1864

Le bâton pastoral (crosse) fait partie des insignes des évêques et de certains abbés. Le décor pourrait faire référence à des épisodes de l’Ancien Testament : la grande fleur évoque le bâton fleuri d’Aaron (dans le Livre des Nombres) tandis que le serpent rappelle la transformation du bâton de Moïse (dans le Livre de l’Exode).