Spectacles Archives - Louvre-Lens
Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour

Deep are the woods
22, 23 et 24 janvier [Annulé]

D’Éric Arnal-Burtschy

Un spectacle qui a tous les éléments d’une chorégraphie (écriture du mouvement, écriture spatiale, dramaturgie…) mais dont l’unique interprète est la lumière ! Cette dernière, presque palpable, habite l’espace scénique et les tracés lumineux dansent autour des spectateurs placés au centre du dispositif. Tenter d’attraper les rayons, observer les silhouettes qui se dessinent, rester allongé ou se promener dans ce décor mouvant, le spectateur est ainsi libre d’interagir avec cet environnement nouveau. Un spectacle immersif unique !

22 janvier de 14h à 18h et le 23 et 24 janvier de 10h à 18h en continu

Pour tous, à partir de 2 ans
Spectacle immersif
Tarifs incluant l’entrée à l’exposition Soleils noirs :
• Adulte : 13€
• Moins de 18 ans/ adhérents : 3€
Séances en continu, de 30 à 40 min
Accès au spectacle par l’exposition Soleils Noirs
Dernière entrée à 17h15

Théâtre
Par le collectif Bette Davis

En confrontant deux écritures, une classique et une contemporaine, MISS questionne le rapport genré masculin/féminin, en explorant à travers le temps le sujet de « la femme idéale », trop longtemps façonnée par et pour les hommes. Forme hybride mêlant le chant, la danse et le théâtre, ce spectacle porte avec fantaisie une réflexion sur la condition féminine et sur la question de l’assignation des individus à un genre.

Infos pratiques

Samedi 6 février à 17h
À partir de 14 ans
Tarif B : de 5€ à 10€
À la Scène
1h15

© Frederic Iovino

Dans le cadre du Festival Jeune public 

Danse
Dans ce monde
De Thomas Lebrun, Centre Chorégraphique National de Tours

Dans ce monde est une pérégrination au fil de folklores qui nous emmène autour du monde pour un voyage musical et dansé. Un monde où l’on parle de pays mais pas de géographie, où l’on parle de culture mais pas de clichés, où l’on danse en duo mais pas en rond ! Le spectacle met en avant les singularités qui donnent toute sa richesse à notre planète. Et à travers ce tour du monde, c’est bien l’autre qu’on apprend à découvrir.

Décliné en plusieurs formats, chaque pièce s’adapte à un public différent. Le petit voyage, où l’on visite à travers la danse de deux interprètes quelques pays, s’adresse aux tout-petits à partir de 2 ans. Le plus long voyage, destiné aux enfants à partir de 6 ans, propose, en compagnie de deux danseurs, de traverser les continents, des chants du froid glacial aux voix du désert, des rythmes du Brésil aux poèmes japonais.

Le petit voyage (à partir de 2 ans) :
Vendredi 19 février à 10h (séances en présence de scolaires)
30min
Tarif : 5€ pour un enfant et gratuit pour son accompagnateur / Adulte seul : 7€
À la Scène

Le plus long voyage (à partir de 6 ans) :
Vendredi 19 février à 14h (séances en présence de scolaires) et le samedi 20 février à 17h
40 min
Tarif B : de 5€ à 10€
À la Scène

Dans le cadre du Festival Jeune public

Théâtre d’objet
Compagnie De fil et d’os

Linka déverrouille son énorme valise et le chapiteau du Minus Circus se déploie sous vos yeux. Lumière, musique, la piste s’offre aux danseurs de Kazatchok (danse traditionnelle d’Ukraine), à la famille d’acrobates, à l’Homme le plus fort du monde, à la funambule qui danse avec la lune… Sous le nez d’un clown qui porte son rêve à bout de doigt, Linka s’amuse et réinvente son petit monde.

Infos pratiques

Dimanche 21 février à 10h30 et 16h, lundi 22 février, mercredi 24 février, jeudi 25 février et vendredi 26 février à 10h30
Tarif : 5€ pour un enfant et gratuit pour son accompagnateur / Adulte supplémentaire : 7€
De 1 à 4 ans
35 min
Au salon des mécènes

Théâtre
De Bernadette Gruson, compagnie Zaoum
Co-production Louvre-Lens.

Comment se construire, se faire sa propre idée sur le sexe, sur la sexualité, sur l’amour, sur l’autre, dans un monde hyperconnecté, où nous passons presque sans transition du mythe de “la petite graine” aux sites pornographiques ?

Troisième volet d’un triptyque constitué des spectacles Miroir(s) et Quelque Chose (accueilli en 2018 à la Scène), cette nouvelle création explore, avec naturel et simplicité, la question de l’impact de la culture pornographie sur le rapport au corps et à l’autre.

Infos pratiques

Lundi 8 mars à 14h et mardi 9 mars à 10h (séances en présence de scolaires)
Tarif B : de 5€ à 10€
La séance du lundi 8 mars à 19h sera suivie d’un débat avec le planning familial de Lens
1h15
À la Scène

©belette

Théâtre
De Dennis Kelly, mise en scène par Mélanie Leray et interprété par Constance Dollé

Molière du Meilleur « Seul(e) en scène 2019 »

Une rencontre impromptue dans un aéroport se transforme en relation intense et passionnée. Le couple s’installe, achète une maison, fait deux enfants. Parallèlement, chacun s’investit dans sa carrière. Une famille ordinaire, en somme. Pourtant, avec ce monologue inattendu, complexe, drôle et brutal, Dennis Kelly continue de percer les apparences pour explorer l’âme humaine et appuyer là où ça fait mal, sans cynisme, mais sans concession.

Infos pratiques

Vendredi 12 mars à 20h30
Tarif A : 5€ à 14€
À la Scène
1h15

Dans le cadre du festival La Beauté du geste

Danse
De Lionel Bègue

Actéon est un prince chasseur. Lors d’une battue, il se perd dans la forêt et, au détour d’une clairière, aperçoit Diane et ses nymphes, nues, prenant leur bain. Il se cache et les observe, subjugué. Mais la déesse sent sa présence et, folle de rage, lui jette un sort qui le change progressivement en cerf… Actéon a conscience qu’il va devenir le gibier, il entrevoit sa propre mort. Alors il fuit.

Dans ce spectacle, le mythe n’est qu’un support au service du corps en mutation. La transformation est lente, le changement est progressif et la disparition inéluctable. Une altération continue, sourde, discrète où le corps glisse du chasseur vers l’animal puis de l’animal vers le néant. Un combat s’engage alors entre ce que l’homme maîtrise et ce qui lui échappe.

Informations pratiques :

Vendredi 2 avril à 19h
Tarif B : de 5€ à 10€
À la Scène
1h15

© Pierre Ricci

Dans le cadre du Festival La Beauté du geste

Danse
Par Jonathan Guichard / Compagnie H.M.G.
En partenariat avec Culture Commune, scène nationale du bassin minier et Le Gymnase- CDCN

0 peut être à la fois un point de départ et un point d’achèvement. Entre ces deux extrémités : une existence, une infinité de possibles.

En 80 minutes, avec humour et tendresse, 080 (zéro quatre-vingt) trace, égraine, raconte l’histoire d’un être imaginaire, ni femme ni homme, qui n’a ni sexe ni bouche, qui n’a pas de valeur, pas de frère, pas de sœur, pas d’amis, pas de pudeur. Ses gestes sont éloquents, ses réactions sans filtres, chaque nouvelle expérience est un bouleversement qui nous est raconté par le corps.

Cet être traverse son existence comme une succession de premières fois, se découvre, se perd, s’épanouit, se blesse, s’émeut et finit par se quitter sans joie ni peine, parce que c’est ainsi. Cette vie de rebondissements, au propre comme au figuré, nous invite à poser sur nos corps un geste de douceur.

Informations pratiques :

Dimanche 4 avril à 17h
Mardi 6 avril à 14h30 (séance en présence de scolaires)
Tarif B : de 5€ à 10€
À la Scène
1h20

Dessin-Simon-Lamouret

Dans le cadre du Festival La Beauté du geste

Danse
D’Anne Teresa De Keersmaeker
En partenariat avec l’Opéra de Lille
Une création présentée pour la première fois dans un musée français.

Après le succès international de Work/Travail/Arbeid, une pièce conçue pour les musées et présentée dans des institutions aussi prestigieuses que le Museum of Modern Art de New York, la Tate Modern à Londres ou le Centre Pompidou à Paris, voici une nouvelle aventure in situ qui prend vie à Lens.

Avec The Dark Red Project, la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker s’est donné pour objectif de « développer une nouvelle sorte de langage chorégraphique, dédié spécifiquement à l’espace muséal », qui bouleverse les perceptions du mouvement et les façons attendues de regarder et de voir.

Accompagné de deux flûtistes de l’ensemble Ictus, cette performance est à mi-chemin entre la répétition ouverte et le document vivant sur le processus de création d’une compagnie. En filigrane, on y retrouve aussi les motifs de prédilection d’Anne Teresa De Keersmaeker: la chorégraphie comme défi à la gravité et l’apparition de formes géométriques familières, déployées de cercles en spirales…

Informations pratiques

Vendredi 2 avril à partir de 20h30
Les 3, 4, 5, 9, 10, 11, 16, 17 et 18 avril de 14h à 18h
Gratuit
Au Pavillon de verre
En continu, dernier accès à 17h15