fbpx

Tassili

Dans le cadre du Well (weekend étudiant) 2022, Sarah et Simon proposeront leur performance Tassili, samedi 22 janvier à 14h30 et 15h30.

Sarah est diplômée d’une licence aux Beaux-Arts et poursuit maintenant ses études en Master Exposition – production des œuvres d’art contemporain à l’université de Lille. Simon, jeune chargé de diffusion dans une agence de Booking basée à Lyon, est également musicien. Tous deux se connaissent depuis maintenant 7 ans et ont démarré une activité artistique autour de sonorités musicales et de textes fantasmés ou vécus.

Écoutons Sarah nous présenter leur projet.

Comme dit si bien le poète Charles Pennequin : « L’écriture ça ne se fait pas dans la tête, ça se fait dans la bouche, dans les doigts, ça se fait avec des extensions de nous-même. ». À l’occasion du Well, nous avons travaillés sur Tassili, un projet qui s’inspire de poésie, d’essais autour de l’idée du temps et de la mémoire. Dans un monde surchargé, Tassili nous propose de prendre un temps : l’idée est de parcourir, de se remémorer, d’avoir la conscience du moment que nous sommes en train de vivre. Une lecture de textes cadencée, accompagnée d’une guitare aux notes hypnotiques et réverbérées se déploie alors.

 

Dans l’idée de saisir un moment, nous allons performer dans la Galerie du temps, autour de L’Empire du Temps sur le monde, qui présente une connivence entre l’aléatoire de l’existence, le temps et la mort et qui nous semble être très inspirant pour cette performance, qui a pour but de s’arrêter un instant, d’observer et de saisir une atmosphère …

Photo de l'oeuvre

L’Empire du Temps sur le monde, vers 1550-1600, sculpture, marbre, Paris, musée du Louvre © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Adrien Didierjean

 

En face, le panneau de revêtement mural Une assemblée de mystiques, présente aussi cette idée de prendre son temps, avec ces hommes, au bord d’une rivière poissonneuse, sous un pommier, qui évoque une atmosphère poétique, de repos et de pensées agréables.
Les objets usuels posés à la droite des hommes, au bord d’un ruisseau, les plats, la bouteille à long col sinueux, provoquent un joli parallèle entre la poésie mentale et les plaisirs de la bouche qu’ils évoquent, poésie qui se retrouve aussi dans le déplacement du regard, avec le Panneau de revêtement mural à décor floral, provenant du mausolée du sultan ottoman Selim II.

Photo de l'oeuvre

Iran, Panneau de revêtement mural : une assemblée de mystiques, vers 1700-1800, céramique à décor de lignes noires et de glaçures colorées, Paris, musée du Louvre © RMN-GP (musée du Louvre) / Thierry Ollivier

 

Photo de l'oeuvre

Istanbul, Turquie, Panneau de revêtement mural à décor floral, provenant du mausolée du sultan ottoman Selim II (1566-1574), vers 1577, céramique à décor peint sous glaçure, Paris, musée du Louvre © RMN-GP (musée du Louvre) / Thierry Ollivier

 

Nous aimons l’atmosphère et les couleurs de cet emplacement et serons pour l’occasion, installés sur un tapis oriental rouge qui forcément, résonne avec l’espace mais délimite aussi notre espace à nous, notre coin d’expression, de poésie, de pensées agréables…