Mes 4 décembre - Louvre-Lens
Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour

Mes 4 décembre

Mes 4 décembre
À l’occasion de la Sainte Barbe, Évelyne partage quelques souvenirs de ces 4 décembre qui ont marqué l’histoire du Louvre-Lens.

Au musée, nous nous souhaitons joyeux anniversaire le 4 décembre en repensant à l’ouverture du Louvre-Lens en 2012. Je vais donc vous raconter quelques souvenirs personnels liés à l’histoire collective du musée et de son territoire à cette date de la Sainte Barbe, choisie en hommage aux mineurs.

Le 4 décembre 2004 : le président de Région annonçait le choix de Lens pour accueillir le Louvre. Je me souviens de l’émotion partagée collectivement à cette annonce lors du dernier vernissage de l’exposition des Beffrois de la Culture. En lien avec Lille Capitale européenne de la culture, cette opération d’initiative avait proposé un programme exceptionnel, présentant chaque mois, dans une commune différente du Nord ou du Pas-de-Calais, une exposition dans sa mairie, lieu de la citoyenneté. Les œuvres provenaient de prêts exceptionnels de musées nationaux comme le musée d’Orsay, le Louvre et de prêts de musées de la région autour d’un thème. Je faisais partie de l’équipe de médiation qui préparait chaque mois ces expositions, pour ensuite les présenter aux publics. La Grande ombre de de Rodin dans l’exposition Soleils noirs me fait penser à la première de ces expositions intitulée Autour de Rodin, la Porte de l’Enfer, à Liévin en janvier 2004.

Catalogue Beffrois de la culture, photo Évelyne Reboul

 

Le 4 décembre 2009 : après cinq ans d’attente, le chantier va enfin démarrer ! Je me souviens du Ministre de la Culture et des architectes de l’agence SANAA autour de la maquette présentée dans la Maison du projet, qui ouvrait ses portes aux publics le même jour. Après la grande étape du concours d’architecture, j’ai eu la chance de suivre le chantier avec la petite équipe de la Maison du projet : Arnaud, Noël, Caroline et Nathalie, qui travaillent maintenant aussi au musée. Pendant trois ans, nous avons œuvré à sensibiliser la population des voisins plus ou moins proches géographiquement pour que ce musée soit leur musée. Beaucoup avaient du mal à y croire….

Pose de la première pierre, photo Dominique Bokalo / Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais )

 

Le 4 décembre 2012 : cette date de l’inauguration du musée est arrivée lors d’un hiver précoce qui avait gelé les sols. Dans mon souvenir, une fine couche de neige recouvrait le parc et se jouait de ses reflets dans les parois vitrées du bâtiment.  Le parc n’était pas encore aussi développé qu’aujourd’hui, où la nature a pris toute sa place.

Dans le musée, nous étions quatre collègues de la médiation avec chacun une classe d’élèves de Lens, invités privilégiés pour l’inauguration. J’ai partagé avec eux l’émotion de visiter cette Galerie du temps qu’ils découvraient. Très intimidés, ils ont été salués par le président de la République. Ce musée leur ouvrait un nouvel avenir.

Le soir même et les jours suivants, je me souviens de la Galerie du temps peuplée d’une si belle diversité de publics.

Inauguration par le président Hollande, photo : François Lo Presti/Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais

 

Depuis, le musée fête son anniversaire et la Sainte Barbe de concert car cette belle citée culturelle est un lieu de rencontre des œuvres avec les publics mais aussi du présent d’un site avec son passé pour construire ensemble un futur au territoire !

En accompagnement de la maquette de l’ancienne fosse 9 présentée dans le hall du musée, une publication va bientôt voir le jour pour mettre en dialogue les souvenirs de son auteur avec des souvenirs plus récents d’autres habitants du quartier, entre mémoire personnelle et collective.

Maquette de Jean Latosi – photo Sarah Fraile