Louis XIV : influenceur et traumatisé - Louvre-Lens
Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour

Louis XIV : influenceur et traumatisé

Subarmalis et fleur de lys : Aurore vous explique comment être tendance lorsqu’on est roi de France.

Louis XIV terrassant la Fronde
Une sculpture à regarder de plus près, avec Aurore

 

Louis XIV, roi de France (1643-1715), terrassant une figure allégorique de la Fronde
Gilles Guérin
Paris (France), 1606 – Paris (France), 1678 1653
Terre cuite
Paris, musée du Louvre
© Photo : Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Pierre Philibert

 

 

Fièrement dressée dans sa vitrine, cette petite sculpture représente une des plus grandes icônes de l’histoire et de la culture française : Louis XIV écrasant la Fronde.
Le Roi-Soleil a profondément marqué son temps. Aujourd’hui, on le qualifierait de rock star ou d’influenceur : mode, architecture, arts, religion, politique internationale, histoires de cœurs ; le roi est de tous les domaines.

 

Tout au long de sa vie, il a su créer l’événement, se mettre en scène et organiser une communication des plus efficaces. Il utilise son image à grande échelle et sous toutes les formes. Son Facebook, son Instagram et son LinkedIn, sont la galerie des Glaces. Bien avant Twitter et les campagnes d’affichages, il impose son image partout. On ne compte plus les portraits peints, les monogrammes et les sculptures.
Son slogan : “L’État, c’est moi ! » *
Arrêtons-nous sur l’une de ses représentations : réalisée en terre cuite, il s’agit d’un modèle préparatoire pour une sculpture de grande taille en marbre, commandée au sculpteur Gilles Guérin en mars 1653. Livrée l’année suivante, et installée à l’hôtel de ville de Paris, la sculpture est aujourd’hui visible dans les jardins du château de Chantilly.

 

Par cette commande, le roi fait passer un message : “ C’en est fini de toutes les tentatives d’OPA* hostiles sur mon pouvoir”.
La commande est en effet passée au lendemain de la Fronde. Il s’agit d’une série de révoltes menées entre 1648 et 1653. Les parlementaires et la noblesse vont tour à tour se rebeller et tenter de prendre le pouvoir. En cette période, Louis XIV, bien que roi, est trop jeune. Sa mère, Anne d’Autriche, assure la régence assistée du cardinal Mazarin. Face aux révoltes, la situation est telle que la famille royale se voit obligée de partir. La fuite est si bien organisée que pas un Parisien ne se rend compte que s’en va reine… enfants royaux et Premier ministre. En effet, nous sommes dans la nuit du 5 janvier, le peuple de Paris célèbre les rois mages venus de Galilée. Chez la plupart des gens, la fête dure jusqu’au matin. La famille fuit vers le château de St-Germain-en-Laye où rien n’est prêt pour les accueillir. Ainsi commencent plusieurs mois de promiscuité. La reine sera d’ailleurs contrainte de gager ses ferrets*. Les troupes du cardinal tiennent bon face à la révolte et après des mois d’exil, le Paris d’octobre 1652 et ses tons mordorés voient revenir le roi et son entourage !

 

Revenons à notre sculpture: le roi est représenté à l’âge de 15 ans, comme de retour d’un safari du 19e siècle, un pied triomphant posé sur son gibier.

 

 

 

Même si la réputation d’éminent chasseur de Louis XIV n’est plus à faire (c’est un Bourbon !), il convient d’observer plus précisément la figure et le gibier. Aux pieds du monarque, on remarque un homme, vêtu d’une simple tunique et coiffé d’un bonnet sur lequel court un rat (symbole du mal et de la division diabolique).

 

 

 

 

Plus haut, le roi porte des sandales, une tunique couverte du subarmalis et d’une cuirasse.

 

Empereur vêtu d'une armure et s'adressant à la foule le bras levé

Rome ?, Italie
Marc Aurèle, empereur romain (161-180 après J.-C.)
Vers 160 après J.-C.
Marbre
Paris, musée du Louvre
© Photo : RMN-GP (musée du Louvre) / Philippe Fuzeau

 

 

 

Nous sommes ici bien loin de la tendance printemps-été 1653, car pour son œuvre, Guérin a choisi la tenue intemporelle des empereurs romains. Ce modèle a fait ses preuves et fait toujours beaucoup d’effet, en particulier si vous souhaitez impressionner vos ennemis. Cet uniforme est l’incontournable de toute garde-robe royale. Un modèle vintage est d’ailleurs à voir dans la galerie du temps, porté par Marc Aurèle.

Il est cependant à remarquer que le Roi-Soleil la remet au goût du jour en remplaçant la traditionnelle tunica pourpre par un élégant manteau couvert de fleurs de lys, tellement Bourbon ! Vous noterez de même le rappel de la fleur de lys sur la ceinture du subarmalis. So Chic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jeune roi a beaucoup d’allure, le regard fier, le visage en mouvement, une épaisse chevelure s’étale sur ses épaules. Il porte la main gauche à l’épée, et la main de justice à la main droite. Le message est clair : le roi a maté ses ennemis mais reste vigilant.

D’une grande élégance classique, cette sculpture est éminemment politique.

 

Pour mieux comprendre *

L’État c’est moi ! : citation apocryphe (prétendue) de Louis XIV

OPA : sigle signifiant « Offre Publique d’Achat ». Opération par laquelle une entreprise tente de prendre le contrôle d’une société cotée en bourse en achetant des titres à ses actionnaires pour devenir actionnaire majoritaire, donc décisionnaire.

Ferret : petite broche de métal souvent ornée de pierres précieuses fixée à l’extrémité d’un lacet ou d’un ruban.