La posture du palmier, une question d'équilibre - Louvre-Lens
Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour

La posture du palmier, une question d’équilibre

Florence et Marion vous proposent de découvrir une posture relaxante à partir d’un fragment de décor du temple d’Inshushinak.

Détendons-nous avec les œuvres de la Galerie du temps...

En cheminant dans la Galerie du temps, nous croisons des personnages dont les positions donnent envie de s’étirer… attention, pas n’importe comment !

Observons-les pour apprendre comment faire, en toute sérénité…

Aujourd’hui, nous vous proposons d’adopter la posture du Palmier, avec ces fragments du décor du temple d’Inshushinak !

Deux panneaux verticaux composés de briques en argile cuite disposées les unes sur les autres

© RMN-GP (Musée du Louvre) / Christian Larrieu

Suse, Élam (Iran actuel)
Fragments du décor du temple d’Inshushinak, dieu protecteur de Suse : homme-taureau, associé au palmier, symbole de fertilité
Vers 1150 avant J.-C.
Terre cuite

 

Au 12e siècle avant J.-C. s’épanouit le royaume d’Élam, au sud de la Mésopotamie, dont l’une des capitales est Suse.

Ces panneaux de briques moulées en proviennent. Ils ornaient la façade extérieure du temple dédié au dieu Inshushinak, dont le nom signifie “Seigneur de Suse”. Ce monument a été construit par les rois successifs de la dynastie des Shutrukkides, au sommet d’une colline de la ville.

Admirons ce décor en relief.

Sur le panneau gauche se dresse l’homme-taureau, traditionnellement gardien de la porte dans les temples. Il nous fait face. Le haut de son corps est humain. Son visage est coiffé d’une tiare à plusieurs rangs de cornes, ce qui signifie qu’il appartient au monde divin. Deux pattes animales terminées par des sabots et une queue de taureau composent la partie inférieure de son corps.

Ses mains sont posées sur le palmier-dattier, qui occupe l’autre panneau. Le tronc droit et les fines palmes arrondies permettent de le reconnaître ; c’est l’arbre le plus fréquemment rencontré dans les régions du sud de la Mésopotamie et du pourtour du golfe Persique. Il constitue également l’un des motifs végétaux les plus représentés dans l’Antiquité.

Les régimes de dattes, figurés ici de manière stylisée de part et d’autre du tronc, évoquent son potentiel productif et nourricier. Source de richesse pour le royaume, les récoltes de dattes sont liées à la figure royale. Chaque famille de notable cherche à posséder une palmeraie. De l’abondance des récoltes, naît la prospérité du pays…

À l’image du palmier, bien ancré dans le sol, voici comment pratiquer une posture qui permet d’étirer son dos et de renforcer son équilibre !

La posture du palmier se décompose ainsi :

Étape 1 : Je suis debout avec les pieds à plat (gros orteils un peu rapprochés), les bras le long  du corps, le dos droit, les épaules basses et le menton légèrement rentré (pour ne pas cambrer le dos).

Étape 2 : En inspirant, je monte les bras par les côtés et mes mains se rejoignent en haut, paume contre paume ; puis, seulement, je me dresse sur la pointe des pieds en imaginant qu’un fil relie ma tête au plafond ! Je m’étire et essaie de tenir encore une ou deux respirations…

Étape 3 : Je redescends les bras par les côtés et les talons au sol, en expirant.

Dessin de Marion Charneau

N’hésitez pas à répéter cette posture plusieurs fois de suite !