fbpx

Comment pratiquer le « shinrin-yoku » ?

Une invitation japonaise à faire corps avec la nature, proposée par Nathalie.

À l’occasion de l’ouverture de la saison estivale Parc en fête, le Louvre-Lens vous invite à (re)découvrir les espaces boisés du parc, fournisseurs gratuits de sensations de détente et de bien-être. Une rencontre avec soi-même ou en famille…  à pratiquer sans modération, à toutes les saisons !

Le shirin-yoku, la sylvothérapie ou « bain de forêt »…  Une célébration de la nature, un remède à l’hyperconnexion et au surmenage…

Le shirin-yoku, a été inventé au Japon autour de 1980. Une pratique bien-être qui commence à se faire connaître chez nous comme un « bain de forêt » ou encore la bien nommée sylvothérapie.

Aujourd’hui, la sylvothérapie se développe en France et en Europe, elle invite à s’intéresser aux bienfaits des arbres sur la santé. Pour des enfants hyperactifs, des personnes en convalescence, touchées par la dépression ou le burn-out, ou simplement des personnes cherchant à retrouver un peu de sérénité… Laissez-vous toucher par l’appel de la forêt…

Bois pionnier du musée du Louvre-Lens © Philippe Chancel

Naissance d’une pratique bien-être

Cette pratique a été inventée au Japon. Ceci n’est pas étonnant car les Japonais entretiennent une relation très forte à la nature, un pays qui célèbre à l’unisson certains arbres : les cerisiers en fleur au printemps, les érables rouges à l’automne…

Mais ce n’est pas pour cette seule inclinaison qu’est née cette pratique. En effet, dans les années 1980, le gouvernement japonais a décidé de trouver une solution au stress et au surmenage de sa population.

Les médecins japonais recommandèrent à leurs patients trop stressés de se déconnecter de leur espace-temps quotidien (où rythme effréné et performance à toute épreuve sont plus que jamais les maîtres mots), en renouant leur lien avec la nature et en « prescrivant » ces temps de détentes « shinrin-yoku » dits « bains de forêts ».

Avec le temps et le recul, ceux-ci ont pu constater l’influence positive de la nature sur l’organisme. Ainsi, au Japon, les « bains de forêts » sont considérés comme une véritable médecine préventive.

Comment ? Grâce aux arbres !

Suivons les suggestions des médecins japonais : partons en forêt ! Allons y passer du temps, non pas dans une perspective de randonnée (dans le but de se rendre d’un point A à un point B), mais plutôt de se donner rendez-vous à soi-même, avec un arbre, un coin de forêt, d’un bois, d’une futaie,… Y passer du temps en observation, simplement.

Vue aérienne du bois pionnier du parc du musée du Louvre-Lens, véritable poumon vert où pratiquer le « shinrin-yoku ».

En immersion… Ressentir le calme

Arbre du puits de mine, Louvre-Lens © Philippe Chancel

Percevoir la moindre sonorité naturelle (chant d’oiseaux, cours d’eau, bruissement, vent qui s’engouffre entre les corridors des troncs…), observer attentivement le chemin que parcourt un insecte qui dévale une écorce, un autre qui se hisse au sommet d’une feuille déposée au sol par le vent… Sentir l’odeur d’un sous-bois après la pluie. Avec ses mains, ou ses pieds nus, éprouver la résistance d’une mousse moelleuse, la rugosité d’une écorce. Autant de déclencheurs et de conditions pour prendre conscience de notre présence comme réceptacle de sensations, un temps qui nous aide à faire le vide dans nos têtes. Un objectif simple sans contrainte, qui n’a pas d’autre but que la détente, le calme.

Respirez !

Si vous n’avez pas la possibilité de vous déplacer, de rejoindre une forêt lointaine, un bois près de chez vous, cherchez un lieu entouré de verdure… Vous pourrez y harmoniser inspiration et expiration avec le souffle du vent… Prendre simplement conscience de votre respiration favorise déjà la détente psychique.

En ralentissant, notre rythme de respiration notre cerveau s’apaise et « ralentit » lui aussi. En faisant du bien à notre cerveau, qui est un peu notre « cabine de pilotage », nous faisons du bien à tout notre corps !

Le Musée parc du Louvre-Lens vous accueille les bras ouverts !

À l’instar de l’invitation lancée par Monsieur Plant, un artiste exposé lors de l’édition 2020 de Parc en fête, vous pouvez également enlacer votre arbre, celui qui vous aura fait un appel du pied, qui aura su émerveiller vos sens ! Vous pratiquerez ainsi le « tree hugging » ! Point de regards en coin mais des rhizomes arborescents pour inviter à apprécier le bienfait d’un « câlin d’arbre »…

Monsieur Plant, Tree hug, Parc en fête 2020, Musée-parc du Louvre-Lens © F. Iovino

« Baigneurs » et « baigneuses » de forêt, vous êtes cordialement invités à vous ressourcer en toutes saisons au parc du Louvre-Lens !

 

Copyright de l’image d’entête : Bois pionnier du musée du Louvre-Lens © Philippe Chancel