Comment décrypter une œuvre d’art au musée ? - Louvre-Lens
Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour  Icône pour

Comment décrypter une œuvre d’art au musée ?

Les petits conseils d’Alix…

Comment décrypter une œuvre d’art au musée ?

Le Louvre-Lens a pour mission première de s’adresser à tous les publics. Pour y parvenir, il met en place plusieurs initiatives dont celle de la médiation culturelle, c’est-à-dire l’accompagnement du visiteur au sein même de l’établissement muséal et de sa rencontre avec les œuvres.

Lieu de richesses patrimoniales, de (re)découvertes, le musée est un endroit qui titille notre curiosité et nous pousse à découvrir ce qu’il s’y passe.

Une fois les portes du musée ouvertes, il est parfois difficile de s’y retrouver face à ces nombreuses œuvres qui se révèlent sous nos yeux ! Une sensation de vouloir tout voir en même temps ou bien de ne pas savoir où et quoi regarder ? Pas de panique, cela est tout à fait normal. En effet, c’est un peu comme si nous nous retrouvions face à une foule de personnes sans savoir vers qui nous tourner. Eh oui ! Aller vers une œuvre c’est aller à sa rencontre, apprendre à l’observer, à la connaître.

Et si nous vous donnions quelques clés pour aller à la rencontre d’une œuvre ?

 

Laissez parler vos ressentis

 

 

Dans l’espace d’exposition, laissez votre regard se promener. Découvrez le lieu, les œuvres, grâce à une vision panoramique, en balayant d’un seul regard les objets qui y sont exposées. Peut-être qu’une couleur, une matière, un détail, un sujet familier, une composition, attire votre attention et vous pousse à aller observer l’œuvre de plus près. Cette sensation peut être à la fois agréable, intrigante, ou parfois dérangeante.

 

Ne restez pas de marbre !

Laissez-vous maintenant le temps d’observer le tableau, la sculpture, l’objet d’art. Placez-vous de manière à avoir une vision frontale et de manière à garder une distance de quelques mètres ce qui vous permettra d’aborder l’œuvre dans son ensemble.

 

 

Eh oui ! si votre nez est collé à l’œuvre, vous ne vous rendrez pas compte des spécificités de l’œuvre, comme son format, par exemple. Il sera d’autant plus difficile de distinguer le sujet qui y est représenté. Alors n’ayez pas peur de prendre du recul !

 

 

Après un petit temps d’observation, vous pourrez effectuer des déplacements autour de l’œuvre. Et si vous vous placiez à droite de l’œuvre, que voyez-vous ? Reculez, avancez, changez d’angle de vue. Avez-vous la même perception ? Vous vous rendrez peut-être compte d’un détail que vous n’aviez pas vu au premier abord.

 

L’œuvre d’art n’est pas toujours pensée pour être vue d’un seul et même point de vue. Rien de mieux qu’une visite au musée pour visualiser les formes, les lumières, la taille, la plasticité de l’œuvre.

 

Et maintenant place aux sensations !

Après avoir évoqué la vue, si vous vous essayiez à « regarder » une œuvre autrement ? Il est vrai que la vue est l’un des premiers sens interpellés et c’est grâce à celui-ci que vous pouvez solliciter les autres sensorialités que sont le toucher, l’ouïe, le goût et l’odorat.

L’œuvre vous rappelle-t-elle un souvenir par le sujet évoqué ? Évoque-t-elle un son, un bruit, une odeur ? Quelles sensations tactiles (on parle de sa dimension « haptique ») provoque-t-elle grâce à sa plasticité, aux matériaux utilisés ?

Les couleurs, les détails, l’ensemble de l’œuvre se découvrent au fur et à mesure passant d’une image esthétique à une véritable expérience sensorielle. Un peu comme si vous étiez plongé dans l’espace‑même de l’œuvre.

Cette expérience est propre à chaque visiteur, qu’il soit habitué à l’art ou pas, la rencontre avec une œuvre est avant tout personnelle. Observer, regarder une œuvre d’art n’est pas une règle commune à laquelle il faut répondre. Chacun se laisse porter par ses émotions.

Elle ne peut donc être exactement la même pour deux personnes différentes et peut également changer pour une même personne à diverses moments selon l’état d’esprit ou l’humeur par exemple. Faites l’expérience, vous verrez !

Cette approche sensorielle peut être complétée par une explication de l’œuvre à l’aide de différentes ressources de médiation mises à disposition par le musée. Les cartels (étiquettes ou plaquettes portant une inscription identifiant l’œuvre), les informations en salle (textes de salle, livrets de visite) ou bien la présence d’un médiateur/guide au sein de l’exposition permettra aussi de découvrir l’œuvre par une expérience cognitive, c’est-à-dire par une connaissance documentaire.