fbpx

Ciao Roma

Dans quelques jours l’exposition « Rome –La cité et l’empire » ferme ses portes. Et l’Empire romain ? Comment a-t-il trouvé sa fin ?

Décadence interne et catastrophes venues d’extérieur. Ou plutôt guerres civiles et processus de transformation vers une autre société et un autre monde ? La recherche moderne a établi des théories différentes sur ce qui a entrainé la chute d’un des plus puissants empires de l’Histoire.
Mais que s’est-il passé pendant ses derniers deux siècles ?

Déjà le IIIe siècle apr. J.-C. est marqué par des guerres, tentatives d’invasion mais surtout des crises internes : assassinats d’empereurs et guerres civiles bouleversent l’empire pendant quasiment tout le siècle. Pour faire face à ces crises, l’empereur Dioclétien (284–305) réorganise en 293 l’empire en provinces plus petites, elles-mêmes rassemblées en diocèses. Il installe un système de quatre empereurs qui se partagent le pouvoir et règnent chacun sur une partie de l’empire. Fonctionnant bien pendant le règne de Dioclétien, ce système échoue après son abdication et les guerres civiles reprennent.

En 324 l’Empire est à nouveau sous le règne d’un seul empereur, Constantin (310–337). Il installe à Byzance une deuxième capitale de l’Empire et la nomme Constantinople. Il se fait baptiser sur son lit de mort, le christianisme prend le dessus avant de devenir la religion officielle de l’état en 380.

 

 

 

 

 

Monnaie de Dioclétien (gauche) et de Constantin (droite)

©BNF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stèle funéraire d’un soldat romain d’origine gauloise du IVe siècle apr. J.-C.

© musée de Picardie / Irwin Leullier

Le IVe siècle est également marqué par la forte présence de Germains dans l’armée romaine. Ces guerriers redoutables accèdent aussi aux hauts rangs d’officiers et de généraux. Ces chefs de guerre (magister militum) jouent un rôle très important dans l’armée et la politique du IVe et Ve siècle. Quelques peuples germains sont même installés sur le territoire romain ou ils agissent en tant que foederati (alliés) pour la défense de l’Empire. Ces peuples construisent plus tard les premiers royaumes du Haut Moyen-Âge comme celui des Francs dans l’ancienne Gaule.

En 395, année marquée par les premières attaques des Huns, l’empire est divisé en deux : Honorius règne sur l’Empire d’Occident, Arcadius sur l’Empire d’Orient. Un monde latin et un monde grecque.

En 406/407 plusieurs peuples « barbares », dont les Vandales, Suèves et Alains traverse le Rhin, dévastent la Gaule, l’Hispanie et l’Afrique. Trois ans plus tard, la province de Bretagne doit être abandonnée et les derniers Romains quittent l’île. Et dans la même année, en 410, pour la première fois depuis huit siècles, la ville de Rome est prise par des guerriers « barbares » : les Wisigoths sous Alaric, auparavant alliés de Rome, pillent Rome pendant trois jours. La capitale de l’Empire d’Occident s’est déjà installée à Ravenne plusieurs années auparavant, mais le choc pour les contemporains est néanmoins grand. Et il se répète 45 ans plus tard quand les Vandales à leur tour saccagent l’ancien capitale du monde.

Mais pour les historiens modernes, la date quand l’Empire romain prend fin est l’an 476 apr. J.-C. L’empereur d’Occident, Romulus Augustulus, est destitué par un chef de guerre germain, Odoaker. Il renvoie les insignes de pouvoir à Constantinople. Cet évènement, qui est vue aujourd’hui comme la chute de l’Empire romain, était probablement moins marquant pour les gens de l’époque : les contemporains considèrent maintenant l’Occident comme partie de l’Empire d’Orient, l’Empire romain existe toujours, à Constantinople. Et en Italie, la culture romaine continue à vivre sous Théodoric et ses Ostrogoths qui y règnent avec l’accord de Constantinople. C’est finalement avec l’arrivée des Lombards en Italie en 569 que l’Antiquité tardive et les temps de migration se terminent. L’Empire romain d’Orient ne gagne plus jamais le contrôle sur les territoires en Occident mais continue à exister dans l’Est jusqu’en 1453.

 

La ville de Rome perd son importance, les monuments antiques tombent en ruine et sont détruits au Moyen Âge ; sur le Forum Romain on laisse paitre des vaches…

Sarcophage de la fin du IVe siècle apr. J.-C.

En arrière-plan on aperçoit la fortification tardive de la ville de Rome

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski