12 décembre 2012 - 11 mars 2013

Renaissance

Révolutions dans les arts en Europe 1400-1530

Pour son exposition inaugurale, le Louvre- Lens a pris le parti de sélectionner plus de 250 chefs-d’œuvre de la Renaissance issus essentiellement du Louvre, des départements des Peintures, des Sculptures, des Objets d’art et des Arts Graphiques, afin de marquer de manière emblématique l’arrivée des collections du Louvre à Lens. Seuls les livres d’anatomie proviennent de la Bibliothèque Nationale, de l’Ecole des Beaux-Arts et de l’Ecole de Médecine de Paris. Quant au coffre, aux carreaux de pavement, aux boiseries et à la porte, ils proviennent du musée national de la Renaissance du Château d’Ecouen et du musée des Arts Décoratifs.

Parmi les fleurons de l’exposition, dominent la Sainte Anne, chef-d’œuvre ultime et resté inachevé du peintre italien Léonard de Vinci, récemment présenté au Louvre après une restauration de près de deux ans, ainsi que l’Arc de triomphe de l’Empereur Maximilien Ier de Dürer, un gigantesque ensemble de gravures composé de 191 bois de 2,70 m de hauteur, habituellement présentées en albums et montées dans leur intégralité. On admirera également La Décollation de Saint Jean-Baptiste et le banquet d’Hérode de Fra Angelico, le célèbre Portrait d’Erasme de profil d’Holbein, Vénus de Botticelli, œuvre spécialement restaurée pendant trois ans pour l’exposition, une Vénus debout dans un paysage de Cranach, le Portrait de François Ier de Titien ou encore l’Autoportrait du Tintoret.

Une attention particulière est portée aux arts graphiques, la scénographie de la Galerie d’exposition se prêtant particulièrement bien à l’exposition de dessins. On y trouve ainsi plus d’une quarantaine de chefs- d’œuvre d’art graphique de Michel-Ange, Raphaël, Paolo Uccello ou Pisanello.

En sculpture, on trouve le très saisissant Gisant de Catherine de Médicis de Girolamo della Robbia, laissé inachevé car la reine fut peut-être effrayée à la vue de son image, mais aussi La Mort Saint-Innocent présentant une image décharnée de la mort, deux bustes de l’Antico fondus en bronze pour Isabelle d’Este ou encore un buste antique de Junon ayant appartenu à Marguerite d’Autriche. Le département des objets d’art du musée du Louvre a également envoyé au Louvre-Lens une importante série de majoliques, verres, émaux peints, médailles et petits bronzes.

La Vierge, l’Enfant Jésus et Sainte Anne;  Vinci Léonard de (1452-1519)